L’arrondissement du Sud-Ouest espère que Québec entendra finalement l’appel de ses citoyens et raisonnera la Société des alcools du Québec (SAQ), qui a décidé de fermer sa succursale de Pointe-Saint-Charles le 31 mars.

Vendredi, un groupe opposé à la disparition de la SAQ de Pointe-Saint-Charles s’est rendu aux bureaux de la député de Saint-Henri–Saint-Anne, Marguerite Blais, et du ministre des Finances, Raymond Bachand, afin de leur livrer leurs messages dans des bouteilles vides.

Cette action s’inscrivait dans la campagne SAQ pas ton camp de la Pointe, lancée il y a près d’un ans. «Les citoyens demandent aux élus de jouer leur rôle et d’intervenir auprès de la Société d’État afin de lui rappeler que son mandat est d’offrir le meilleur service à la population, ont rappelé les organisateurs de l’action. Il est temps que les élus enlèvent les bouchons de leurs oreilles! Les citoyens sont tannés d’envoyer leurs bouteilles à la mer!»

Le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, a donné son appui aux opposants et a demandé au gouvernement de réagir.
«Les gens sont déçus et inquiets de voir la SAQ quitter la rue commerciale de leur quartier, a indiqué M. Dorais. Ils savent bien que cela met en péril les efforts de revitalisation mis de l’avant par l’arrondissement, les commerçants et les groupes du milieu. Il s’agit d’une décision à courte vue qui va à l’encontre des principes que devrait respecter une société d’État.»

Benoit Dorais a rappelé que le quartier Pointe-Saint-Charles est en plein essor et voit naître plusieurs projets résidentiels et commerciaux.

«Détenir un monopole est un privilège qui vient avec des responsabilités sociales, a rappelé le maire Dorais. La SAQ doit reconnaître qu’elle a aussi la responsabilité d’offrir des services de proximité et de ne pas nuire aux efforts de revitalisation des artères commerciales des villes.»

La SAQ a déjà expliqué que la succursale de Pointe-Saint-Charles ne remplissait pas tous ses critères de performance.

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus