Le beau temps arrive tranquillement. Et avec lui, les commentaires ou gestes de nature sexuelle déplacés et commis par des inconnus sont appelés à se multiplier, rappelle l’organisme Stop Street Harassment, qui organisait, la semaine dernière, la Semaine internationale contre le harcèlement de rue. Ces comportements sont toutefois souvent banalisés, racontent des victimes. Selon certains intervenants, il est grand temps d’en parler et d’agir.

Ce n’est pas un hasard si la Semaine contre le harcèlement de rue s’est déroulée à ce moment de l’année. «Au printemps, en même temps qu’il y a le soulagement du soleil, on a l’impression que les harceleurs sortent d’hibernation, indique Catherine Cormier, de Hollaback! Montréal, une organisation qui cherche à mettre fin au harcèlement de rue. Comme on se dévoile, eux se dévoilent également. Ça devient une expérience qui est très bittersweet.»

On peut définir le harcèlement de rue comme étant le résultat de commentaires ou de comportements de nature sexuelle non désirés, faits par des inconnus dans l’espace public. Il peut s’agir de sifflements, de remarques, d’attouchements ou de gestes d’exhibitionnisme, par exemple. Métro a facilement et rapidement recueilli plusieurs témoignages de ce type (voir les encadrés et les bulles de l’illustration).

Même si le printemps fait ressurgir ces comportements, ils peuvent se produire n’importe quand et n’importe où. Et l’anonymat des rues accentue la difficulté de réagir ou de porter plainte. Comme le fait remarquer le sociologue de la sexualité Michel Dorais, «quand ça se passe dans un lieu public, tu n’as pas l’identité de la personne» – au contraire, par exemple, du harcèlement en milieu de travail.

Il demeure extrêmement difficile de chiffrer le nombre de victimes de ces comportements, puisque beaucoup d’incidents ne sont pas signalés. Au Service de police de la Ville de Mont­réal (SPVM), on peut seulement affirmer à Métro que ces gestes sont compilés dans la catégorie «Autres infractions contre la personne», sans plus de précision.

Pour Michel Dorais, «le nombre de femmes qui racontent que des choses comme ça leur sont arrivées est tellement élevé qu’on ne peut pas croire que le nombre de gars qui le font sont des exceptions». Le nœud du problème, selon M. Dorais, qui enseigne à l’Université Laval, est l’éducation.

«On ne parle jamais de vie amoureuse ou sexuelle dans l’éducation, dans les écoles. Ça devrait se faire, souligne-t-il. À mon avis, apprendre à être bien avec soi et être bien avec les autres, si ce n’est pas une chose aussi importante que savoir lire et écrire, je me demande bien ce qui est important dans la vie! D’autant plus que, quand on parle de tentative de séduction qui devient du harcèlement, ce n’est pas une attitude qui est socialement acceptable. Il faut lutter contre ça.»

Un début de lutte, la sensibilisation
Certaines organisations mont­réalaises sont prêtes à agir. Hollaback!, une organisation née à New York, qui a des chapitres dans 71 villes de 24 pays – dont un à Montréal – invite les femmes à ne pas rester silencieuses face à ce phénomène. Victimes et témoins d’actes de cette nature sont encouragés à publier sur le site web de Hollaback!, via son application mobile, ou sur leurs réseaux sociaux leurs histoires. La branche montréalaise d’Hollaback! a d’ailleurs organisé un événement samedi dernier pour permettre d’échanger sur le phénomène et ainsi recueillir quelques dons pour financer l’organisation, qui est complètement bénévole.

L’organisme Conscience Urbaine, reconnu pour ses actions citoyennes et artistiques dans l’espace public, notamment dans le domaine de l’aménagement sécuritaire, s’intéresse aussi au phénomène. Fanie St-Michel, directrice générale et artistique de l’organisme, planche présentement sur une campagne de sensibilisation qui culminerait en 2015. Le projet souhaité explorerait par l’intermédiaire de photos et de témoignages le sentiment de sécurité des femmes qui vivent cette situation dans les espaces publics, notamment autour et dans les stations de métro, où le phénomène a souvent été observé. «On voudrait montrer que, dans l’espace public, on a un pouvoir comme citoyen.»

«Je me rappelle que, quand j’étais jeune, ça m’arrivait, poursuit Mme St-Michel. Je suis née à Montréal. J’étais tellement mal quand c’était juste un sifflement. Et aujourd’hui […] je sens le besoin d’éduquer. Et puis, depuis que j’ai mis ma petite fille au monde… je me dis: “Non, non, c’est pas vrai qu’elle va vivre ça.”»

  • Témoignage de Caroline*
    «En vélo sur la piste Saint-Urbain, un homme, lui aussi en vélo, a commencé à me suivre. “Hé mademoiselle, on course? Hé… mademoiselle!” J’ai répondu doucement “Chuuut”, parce que les ignorer ne marche pas toujours. [Il réplique] “Quoi, t’es malade? Hé…” J’ai commencé à m’énerver à force de me faire héler et suivre. J’ai répondu: “Mais ta gueule!” Il semblait choqué, comme si, dans sa tête, son comportement était correct, comme si c’était moi qui avais un problème. Et là, il m’a dépassé en hurlant “Salope!” et bien d’autres insultes. Il s’est retourné plusieurs fois en s’éloignant…»
  • Témoignage de Nathalie*
    Pour Nathalie, c’était au centre-ville, à la sortie d’un bar. «Une gang de 4-5 gars est passée devant [mon amie et moi]. Un des gars a commencé à me parler et à m’agripper par le bras, en me tirant vers la direction opposée à celle où on allait. […] Mon amie a tenté de s’interposer et de me tirer vers elle. Elle disait aux gars de me lâcher et de nous laisser tranquilles. Ça s’est passé très vite [...]. Quand je me suis libérée, les gars nous ont suivies de près pendant quelques minutes. On a fait des détours pour qu’ils arrêtent de nous suivre et qu’ils ne sachent pas où on allait.»

***
Comment réagir?

Pour Hollaback!, il est important de réagir aux situations de harcèlement. Jessie Lawson, aussi de l’organisation Hollaback! Montréal, croit que «Hollaback!, ça veut dire de ne pas souffrir en silence. C’est se retourner et dire: “Est-ce que tu sais que tu m’énerves ou que j’ai peur de toi?” Mais c’est aussi [le signaler] aux autorités, à la police».

Le sociologue Michel Dorais note toutefois les limites des réactions individuelles. «Quand vous êtes agressé, votre éventail de réactions est quand même limité. C’est plate à dire, mais c’est ça. C’est pour ça qu’il faut parler de prévention et de réponse collective, parce qu’effectivement, je pense que ce débat-là peut et doit se faire.»

*Les prénoms ont été changés.

«La petite robe blanche», un texte qui a beaucoup fait parler

En juillet dernier, la journaliste indépendante Judith Lussier a publié sur le blogue d’Urbania un texte sur «sa petite robe blanche». Elle y affirmait ne plus porter la fameuse robe, à cause du lot de commentaires qu’elles a reçus de la part d’inconnus en la portant; commentaires qui la mettaient grandement mal à l’aise. Un texte qui a suscité un grand nombre de réactions, souvent haineuses. Mme Lussier ne s’attendait pas à recevoir ce genre de réactions, «parce que c’est un texte hyper personnel». «Mais beaucoup de filles m’ont écrit pour me dire: “Merci, tu mets le doigt sur quelque chose”», souligne-t-elle à Métro.

«Ce qui est arrivé, c’est qu’il y a des gens qui ont senti que je voulais leur enlever quelque chose», ajoute la journaliste. Que ce soit enlever aux filles une occasion de se faire dire par des inconnus qu’elles sont belles – ce que certaines apprécient – ou que ce soit des gars qui aiment complimenter des inconnues et ne veulent pas se faire juger sur ces comportements.

Avec le recul, Mme Lussier ne souhaite pas «dire aux gens quoi faire, mais j’ai envie de [leur] demander, pourquoi vous le faites? [...] On dit toujours que c’est pour faire plaisir [mais], ca ne fait pas toujours plaisir».

D’autant plus que «c’est pas vrai qu’on attend toutes l’approbation sociale en se faisant dire qu’on est belle. Quand on veut le faire, on va mettre une petite photo cute de nous sur Facebook. […] Mais dans la rue, moi, j’ai rien demandé. Tu le sais pas c’est quoi mon état mental en ce moment. Je trouve que c’est délicat.»

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus