Toutes les photos: Chantal Lévesque Dans l'ordre du texte: 1- GM New Look (1965 - 1983), 2- GM New Look (1973 - 1987), 3- GM New Look (1983 - 1997), 4- GM Classic (1985 - 2004), 5- NovaBus Classic (1995 - 2012)

Depuis 1997, la Fondation de l’héritage du transport en commun du Québec (FHTCQ)­ restaure et conserve une flotte de vieux autobus, représentant chacun une partie de l’histoire du transport collectif montréalais. Métro a pu visiter ce véritable musée roulant, où chaque autobus a sa petite histoire.

Bouton-vert_01L’atomique

ACTU - GM New Look 1965-3
GM New Look 1965

Cet autobus – le plus vieux de la flotte de la FHTCQ – a commencé sa longue vie à la centrale de Chalk River, en Ontario, au service d’Énergie atomique du Canada limitée. D’après le président de la FHTCQ, Normand Roy, il a été très bien entretenu.

Lorsque la FHTCQ l’a sauvé de la ferraille en 2005, il a été décidé de le peindre aux couleurs pré-1977 de l’ancienne compagnie de transport Métropolitain provincial, qui a cessé ses activités dans les années 1980.

Le travail de restauration a été colossal puisque l’intérieur au complet a dû être refait. Les bancs turquoise ont été méticuleusement restaurés à la main par les bénévoles du FHTCQ pour retrouver leur aspect d’époque.

C’est un des premiers exemples de la série d’autobus New Look de la compagnie américaine GM. Ce style d’autobus pouvait être vu dans les rues montréalaises jusqu’en 2004.

Bouton-vert_02Le rebelle

GM New Look 1973-3GM New Look 1973-2

Peint aux couleurs brun et blanc que l’ancienne Commission de transport de la communauté urbaine de Montréal (CTCUM) exhibait sur ses autobus avant 1974, cet autobus détonne décidément du reste de la collection.

Fait inusité: à l’époque, des fanions étaient apposés à l’avant de l’autobus pour indiquer qu’il desservait une ligne express. La présence du bilinguisme dans l’affichage partout sur l’autobus ramène aussi l’observateur à une époque révolue.

Bouton-vert_03Le petit dernier

GM New Look 1983 - 2

Il est plutôt mal adapté, cet autobus, puisque l’absence d’une porte arrière en a fait un véhicule «inefficace pour le service urbain», selon M. Roy. Il est tout de même le dernier autobus New Look acheté par la CTCUM, ainsi que le dernier de la série à être construit à l’usine de General Motors à Saint-Eustache.

«Le son que ça fait, ces autobus, ça ne se traduit pas en photo, ça ne doit pas disparaître.» – Normand Roy, président de la FHTCQ

Bouton-vert_04Le fourneau

GM Classic 1985

Changement de cap en 1985: la CTCUM change de nom pour devenir la Société de transport de la communauté urbaine de Montréal (STCUM). Voici le tout premier autobus acheté par la nouvelle agence de transport.

Notons que c’est le premier autobus à avoir eu une configuration intérieure moderne. Cet autobus n’était pas très populaire auprès des usagers puisqu’il était impossible d’ouvrir les fenêtres. Dépourvu d’un système d’air conditionné, il devenait très chaud l’été, selon M. Roy.

Bouton-vert_05Le «Cadillac»

Nova Classic - 3
Novabus Classic-2

Le dernier NovaBus Classic acheté par la Société de transports de Montréal (STM) occupe une place choyée dans le cœur de bien des chauffeurs.

«C’est le Cadillac des autobus!», lance M. Roy. Pourquoi? Puisque, du banc du conducteur aux pneus plus doux, en passant par les miroirs électriques qui – une première! – pouvaient être ajustés sans que le chauffeur ait à sortir du véhicule, le NovaBus Classic était conçu avec le confort des passagers et du chauffeur en tête.

Bouton-vert_06

Le fantôme
Normand Roy a signalé à Métro que la FHTCQ avait récemment fait l’acquisition d’un sixième autobus, mais que ce dernier n’était pas encore prêt à intégrer sa flotte.

M. Roy a toutefois indiqué qu’il s’agirait d’un Nova LFS, connu sous le nom d’autobus à plancher surbaissé.

FHTCQ. Un travail continu pour préserver l’histoire

FHTCQ Camille RoyNormand Roy fait le tour du plus vieux véhicule de sa flotte, un GM New Look 1965, pour nous montrer tous les petits détails – invisibles, pour l’œil profane – à peaufiner avant qu’il soit « vraiment » identique aux autobus de l’époque qu’il représente.

À le voir se désoler en souriant de tous ces minuscules défauts, il est clair que le président et fondateur de la FHTCQ voue un amour immense aux autobus que lui et les bénévoles de la fondation s’évertuent à préserver.

«Il y a assez de travail pour qu’une personne puisse travailler pendant un an à temps plein!», lance-t-il. Les bénévoles, pour la plupart des chauffeurs et mécaniciens actifs et retraités de la STM, ne peuvent travailler sur les autobus que le vendredi. Le travail est donc continu.

M. Roy voulait combler un vide bien précis en fondant la FHTCQ en 1997. «Les policiers ont leur musée, les pompiers aussi. Nous, la STM, on avait rien du genre», dit-t-il. Après trois ans de recherches pour localiser des autobus adéquats, la fondation achète son premier véhicule, et le musée roulant est lancé.

«Si on n’avait pas été là, il ne resterait plus rien de ces autobus, dit-il. Ils seraient tous à la scrap, il resterait juste des photos.»

(Photo: Camille Roy, un des 45 bénévoles de la FHTCQ/Chantal Lévesque/Métro)

Financement
La FHTCQ se finance en louant ses véhicules pour des tournages et des occasions spéciales, et en vendant des espaces publicitaires sur ses autobus.

  • On a pu voir des autobus de la FHTCQ dans les films L’Odyssée d’Alice Tremblay, Liverpool et Funkytown, ainsi que dans la série télévisée Le négociateur.

***
Une idée de musée

L’absence d’un lieu physique et permanent où les intéressés pourraient aller voir les autobus de la FHTCQ dérange M. Roy. C’est que, pour le moment, les véhicules sont entreposés dans un atelier de la STM, et l’accès au public y est interdit. Ce n’est que pendant les sorties de la fondation que le public peut admirer sa collection.

Le président rêve d’un véritable musée, où les gens pourraient aller voir non seulement des autobus, mais toutes sortes d’artefacts historiques du transport en commun. M. Roy aimerait entre autres prendre possession de rames de métro MR-63 et MR-73, qui seront graduellement remplacées par les nouvelles voitures Azur.

Rame de Métro 02

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus