Métro

Montréal fêtera samedi, comme 200 autres villes dans le monde, la Journée internationale du logiciel libre, une option informatique moins coûteuse que les Windows et Oracle de ce monde, mais qui peine à s’implanter. Tour d’horizon en trois clics avec Fabián Rodríguez, président du FACIL, le groupe pour l’appropriation collective de l’informatique libre.

Qu’est ce qui est organisé à Montréal?
Cette année, on se concentre sur les organisations et les progrès enregistrés par les logiciels libres dans la société. Lors de l’évènement qui se tiendra au Centre de recherche informatique de Montréal, on a retenu la formule BarCamp, où tous les participants pourront faire une présentation et décider de l’horaire sur place. Il y a quand même plusieurs présentations déjà prévues, notamment sur le système Réseau Libre, un réseau sans fil autonome qui compte déjà plusieurs antennes à Montréal. On présentera aussi une initiative de sociofinancement Clé FACIL, un prototype de clé USB qui permet d’installer des logiciels libres, même si le nouveau Windows 8 ou MacOS ont développé des certificats de sécurité empêchant leur installation.

Quels sont les sujets chauds de l’heure?
On parle beaucoup de la protection des renseignements personnels et comment le Libre peut y contribuer en proposant des solutions informatiques qui permettent de gérer ses propres données sur un serveur personnel, plutôt que de les envoyer dans le cloud (infonuagique). Il est aussi beaucoup question de la corruption dans les dossiers d’achats informatiques au gouvernement, où les lobbyistes ont énormément de pouvoir. Il y a aussi toute une culture à changer, notamment dans le système d’éducation. Par exemple, l’école de mes enfants vient de dépenser plus de 20 000$ pour de nouveaux ordinateurs ayant la Licence Office Pro Plus, c’est absurde! Tout comme l’est le fait de fournir un tableau blanc intearctif et un laptop à tous les professeurs, même ceux de la maternelle.

Et au niveau municipal montréalais, ça avance?
On a de bons contacts avec l’administration et il y a beaucoup de progrès faits sur le front des données ouvertes (open data). Ceci dit, il y a encore très peu d’élus qui viennent participer à nos évènements et l’installation de Libre Office sur les ordinateurs de la ville n’est pas pour demain. Pourtant, plusieurs villes allemandes et italiennes ou même la gendarmerie française ont fait le saut. C’est une solution bien plus économique qui est aussi beaucoup moins contraignante car on n’est pas tenu de renouveler les licences après un certains temps.

Et aussi la semaine suivante: http://2014.sqil.info/

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!