Yves Provencher/Métro

Un grand nombre des projets immobiliers qui redessineront le paysage urbain de Montréal en 2025 sont dévoilés dans le cadre de la quatrième édition de l’exposition Le Montréal du futur, présentée au Complexe Desjardins depuis mardi.

Des milliers d’unités d’habitation seront érigées d’ici 2025 à Montréal. S’agit-il d’une nouvelle vague de condos sur l’île de Montréal? Oui, mais pas seulement, puisque la plupart des grands projets d’envergure présentés dans cette exposition regroupent différentes fonctions.

«L’hyper développement des condos est certes une préoccupation, mais beaucoup de projets à venir sont mixtes et allient les services commerciaux aux fonctions résidentielles», affirme Patrick Bergeron, commissaire adjoint au développement économique et urbain à la Ville de Montréal et partenaire de l’exposition.

À Griffintown comme le long du boulevard René-Lévesque, les grandes tours qui sont en construction ou sur les tables à dessin, prévoient inclure quelques étages de bureaux et des espaces de commerces aux rez-de-chaussée et en sous-sol. On peut citer la tour Rocabella et ses 35 étages au 1300 boulevard René-Lévesque Ouest, son voisin, l’îlot Overdale, ou encore le Peterson, qui surplombera la rue de la Concorde et la Place University–Saint-Jacques.

«Cette nouvelle édition de Montréal du futur présente beaucoup plus de projets osés par rapports aux années passées, considère Robert Vézina, l’organisateur. Montréal devient de plus en plus créative.»

Louise Harel, chef de l’opposition à Montréal se réjouit de tous ces projets qui dynamisent le centre-ville. Elle nous a cependant fait part de sa peur de voir le déclin industriel de Montréal caché par la vigueur des investissements immobiliers.

«Une chose manque à cette présentation, ce sont les projets qui créent l’emploi, déclare la chef de Vision Montréal. Une fois que tous ces projets seront construits, on se rendra compte qu’il n’y a plus de place pour le secteur industriel, alors que le chômage est un problème crucial à Montréal et que nous avons besoin d’espace à vocation industrielle.»

Si la multiplication des condos suscite des critiques, la Ville de Montréal réaffirme l’intérêt de telles constructions pour la métropole. «Cette tendance, nous l’accueillons favorablement, car elle revitalise les quartiers qui en avaient besoin, insiste Luc Gagnon, responsable de l’urbanisme à la Ville de Montréal. Toutefois, nous veillons à la mixité des projets que nous validons.»

L’organisme Héritage Montréal salue lui aussi la mixité des projets, mais tient à rappeler qu’il est important que Montréal en 2025 ne soit pas qu’une ville verticale. «La mixité, c’est aussi de mélanger les petits édifices aux grandes tours», conclut Nathalie Kaiser, porte-parole de l’organisme patrimonial.

Gratte-ciel

Parmi les projets phare de l’exposition, la tour Rocabella est l’uns des plus imposants. Il s’agit de deux tours jumelles d’habitations et de bureaux dont la livraison est prévue pour 2015. En face du Centre Bell, ce complexe comportera 35 étages pour un total de 516 unités de logement.

Le Montréal du futur
Complexe-Desjardins
Jusqu’au 30 avril

Aussi dans Immobilier:

blog comments powered by Disqus