MONTRÉAL – L’arrêt de travail des employés de la Ville de Montréal en juin dernier, pour participer à une manifestation contre la réforme proposée des régimes de retraite, était une grève illégale qui a porté préjudice à la population dans certains cas, a tranché la Commission des relations de travail.

Ces employés avaient manifesté devant l’hôtel de ville et d’autres édifices administratifs le 17 juin 2014. Ils avaient notamment confectionné une sorte de feu de camp devant l’hôtel de ville, où ils faisaient brûler leurs casquettes.

Suite à cela, la Ville de Montréal avait porté plainte à la Commission des relations de travail.

Dans sa décision rendue mercredi, la Commission conclut que le Syndicat des cols bleus regroupés, le Syndicat des fonctionnaires municipaux, l’Association des pompiers et la Fraternité des policiers ont tous participé à une grève illégale.

De plus, elle juge que le Syndicat des fonctionnaires municipaux et la Fraternité des policiers ont porté préjudice à la population en la privant de services auxquels elle avait droit.

Au moins deux bureaux d’Accès-Montréal ont été fermés pendant la durée de la manifestation et des clients se sont butés à des portes fermées. Le comptoir de la Cour municipale a dû être fermé, les employés l’ayant déserté. En ce qui concerne les policiers, ils ont non seulement omis de maintenir la paix et l’ordre, note la Commission, mais ils ont activement aidé à les perturber.

Quant aux membres du Syndicat des cols bleus, la situation est légèrement différente. Leur décision de prendre leur pause tous en même temps était «susceptible» de porter préjudice aux Montréalais. Mais il n’y a pas de preuve que cela fut bel et bien le cas, établit la Commission.

Dans le cas des pompiers, ils étaient en mesure de répondre aux appels d’urgence et l’ont fait. Ils n’ont donc pas commis de gestes préjudiciables.

La Commission décidera ultérieurement des mesures de réparation qui seront imposées.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!