MONTRÉAL – Johra Kaleki a été reconnue coupable de tentative de meurtre contre sa fille, la plus sérieuse des trois accusations portées à son endroit, au terme de son procès, mardi.

Les deux autres accusations pesant contre elle ont été suspendues.

La femme d’origine afghane et mère de quatre enfants avait attaqué sa fille — alors âgée de 19 ans — avec un couperet aux petites heures du matin, en 2010. Elle lui reprochait de s’être rebellée contre les règles familiales strictes en allant danser dans un club. Elle a poignardé sa fille à deux reprises et a tenté de l’étrangler. Au cours de l’agression, elle lui a dit qu’elle ne méritait pas de vivre.

Le juge Yves Paradis a rejeté l’argument de la défense voulant que l’accusée n’était pas criminellement responsable de son acte, souffrant d’un bref épisode psychotique au moment des faits. Il s’est plutôt fié aux déclarations de Kaleki à la police à la suite de cette agression.

Pour le juge, il est clair que l’accusée savait que son geste était non seulement illégal mais aussi complètement en désaccord avec le code moral de chaque être humain. Le juge Paradis ajoute qu’il n’y a pas de doute dans son esprit: Kaleki avait bel et bien l’intention de tuer sa fille.

Les deux parties reviendront devant le tribunal le 25 mars afin de déterminer une date pour les représentations sur sentence.

En attendant, Kaleki demeure en liberté.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!