LAVAL, Qc – La Ville de Laval et sa Société de transport espèrent réduire de 50 pour cent la production de gaz à effet de serre par habitant d’ici 2031.

Les entreprises et organisations dont les employés peinent à trouver des horaires ou des trajets de transport en commun adaptés sont dans la mire du projet «Solution mobilité durable».

Les partenaires tenteront de convaincre des employeurs et des organisations d’analyser les besoins de leur main-d’oeuvre afin de comprendre pourquoi ils se retrouvent dans des conditions de desserte difficile. Sans surprise, ce sont les lieux de travail situés dans les quartiers industriels ou qui ont des horaires atypiques qui seront les premiers visés.

Pour Guy Picard, directeur général de la Société de transport de Laval (STL), le premier objectif est de réduire l’utilisation de l’auto en solitaire, pour amener les gens à adopter des moyens non conventionnels et qui ne passent pas forcément par le transport en commun.

Dans certains cas, la STL verra simplement s’il est possible d’adapter des trajets ou horaires, mais les options du vélo, du covoiturage ou du partage d’une voiture sont aussi envisagées.

Le projet a déjà convaincu le Centre de la santé et des services sociaux de Laval.

L’expérience de mobilité durable propose de s’asseoir avec les gestionnaires afin d’examiner les déplacements des employés par rapport aux codes postaux, et ainsi valider les pistes de solutions à envisager, après avoir «cartographié» les déplacements.

Une telle solution est exportable vers d’autres régions ou municipalités. Des initiatives de transport intégré ont déjà été tentées par l’Agence de santé et des services sociaux de la Montérégie, qui suggère elle aussi des modes de transports alternatifs à l’auto-solo.

Guy Picard reconnaît que le déploiement d’une telle stratégie comporte des coûts. Mais d’emblée, il ajoute que le transport en commun a été conçu pour le bénéfice de la collectivité, pas pour être rentable.

«La Ville de Laval contribue à 47 pour cent au budget (de la STL), et le transport en commun sera toujours subventionné, en raison du gain collectif qui diminue la congestion et la pollution», affirme le directeur général.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!