SPVM Luca Gaspari

MONTRÉAL – Les policiers montréalais ont démantelé, mardi matin, un important réseau de contrebandiers de vin qui oeuvrait à partir d’un commerce de Kahnawake.

L’enquête, amorcée en janvier 2014, a permis d’établir que le réseau en question a écoulé quelque 1,8 million de bouteilles de vin au cours des quatre dernières années et privé les gouvernements fédéral et provincial de 14 millions $ en revenus fiscaux divers.

La tête dirigeante du réseau est un oenologue habitant en Montérégie et son expertise en vin a fait en sorte que les clients ont eu droit à un tout autre produit que celui qu’ils croyaient avoir acheté.

«Cet individu ajoutait des arômes, faisait des transformations diverses et le vin était ensuite embouteillé, étiqueté et vendu au grand public sous des fausses appellations et avec de la contrefaçon de marque déposée», a raconté le commandant Marco Roy, responsable de l’unité Accès (Action concertée pour contrer les économies souterraines) du Service de police de la ville de Montréal.

Le réseau n’achetait en effet qu’une seule sorte de vin en provenance d’Italie par conteneur, qui était ensuite dédouané en Ontario et ramené à la First Nation Winery, de Kahnawake, où il était transformé.

«Le réseau offrait une vingtaine de sortes de vin, avec des étiquettes contrefaites et des saveurs différentes», a expliqué le commandant Roy.

L’oenologue en question devait comparaître en après-midi au palais de justice de Longueuil, sous des accusations de fraude, complot en vue de commettre une fraude, contrefaçon de marque de commerce, recel et recyclage de produits de la criminalité.

Les perquisitions menées mardi matin visaient l’arrestation de 13 personnes, soit 11 dans la grande région de Montréal et deux autres en Ontario. De ce nombre, 11 suspects ont été appréhendés et deux autres sont toujours recherchés. Un seul d’entre eux est un résidant de Kahnawake.

Outre l’expert épinglé, deux autres suspects sont considérés comme des dirigeants du réseau, le reste des présumés complices étant principalement soupçonnés de faire la distribution du vin de contrebande à grande échelle.

Durant l’enquête, 89 000 litres de vin ont été saisis.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!