Yves Provencher/Métro

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) s’apprête à abolir 21 postes de directeurs adjoints.

Les commissaires scolaires se réuniront mardi soir pour adopter une série de résolutions budgétaires, dont l’une qui comprend le plan de l’effectif du personnel de direction d’établissement et des gestionnaires administratifs pour l’année 2015-2016.

Plus tôt cette année, la CSDM jonglait avec la possibilité de couper de 25 à 40 postes de directions d’école. Sa présidente, Catherine Harel-Bourdon, justifiait en mars ces compressions par le fait que les critères de répartition des directions d’écoles qui n’ont pas été révisés depuis une dizaine d’années. En plus, la plus grande commission scolaire du Québec est aux prises avec d’importantes difficultés budgétaires.

L’Association montréalaise des directions d’établissement (AMDE) fulminait à l’idée de ces abolitions de postes. «Il va falloir que la commission scolaire regarde ailleurs que dans les écoles. On est à sec dans les écoles», avait déclaré en mars la présidente de l’association, Hélène Bourdages. Cette dernière n’était pas disponible lundi pour une entrevue.

La CSDM a finalement arrêté le nombre de directions adjointes à retrancher d’ici la prochaine rentrée scolaire à 21, ont indiqué à Métro deux sources proches du dossier. Des équipes de direction seront appelées à diriger plus d’un établissement scolaire. Par exemple, les écoles Pierre-Dupuy et des métiers des Faubourg auront les dirigeants. Cette façon d’organiser les tâches est déjà employée au sein de la commission scolaire, mais elle sera plus répandue.

Puisque le conseil des commissaires n’a pas encore ratifié le plan de l’effectif du personnel de direction d’établissement, Mme Harel-Bourdon, n’a pas voulu commenter les abolitions de postes de directeurs adjoints, a indiqué sa conseillère stratégique, Christine Mitton.

L’AMDE et la CSDM discutaient toujours lundi des postes de direction adjointe qui seront abolis.

Il y a deux semaines, 175 postes de professionnels et de soutien ont été supprimés par la CSDM en vue de la rentrée 2015-2016. Les services d’aide alimentaire seront aussi touchés par les compressions budgétaire et, possiblement, le transport scolaire.

La CSDM est soumise depuis 2013 à un plan de retour à l’équilibre budgétaire puisqu’elle avait accumulé au fil des ans un déficit de 73,1M$. Elle doit en plus composer avec les compressions budgétaires imposées par les politiques d’austérité du gouvernement de Philippe Couillard. Elle devrait être en mesure d’atteindre «un quasi-équilibre» en 2016-2017 – un déficit de 1,7 étant projeté – si elles procède à certaines transformations, a indiqué le rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton qui a été commandé par le gouvernement. Une transformation de sa structure organisationnelle et l’adoption d’outils de planification sont notamment proposées dans le rapport gouvernemental.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!