The Associated Press/Felix Marquez Des résidents mexicains font face aux membres masqués d'un groupe d'autodéfense qui tentent de perturber les élections le 7 juin dans la ville de Tixtla, au Mexique.

Le climat de violence et de répression entourant les élections mexicaines inquiète une vingtaine d’organismes canadiens, dont plusieurs regroupant des Mexicains, qui ont signé dimanche une lettre envoyée aux médias.

Les signataires demandent à la communauté internationale, notamment aux Canadiens, de «dénoncer publiquement tout acte de répression commis par des organes liés au gouvernement mexicain».

«Pour mener des élections, il faut une ambiance de sécurité pour le citoyens, ce qui n’est pas le cas présentement, a estimé la montréalaise d’origine mexicaine Adriana Pozos, membre bénévole Comité pour les droits humains en Amérique latine. Dans le meilleur des cas, ces élections ne seront pas représentatives. Dans le pire, le nombre de morts et de blessés va s’amplifier.»

Mme Pozos croit que le Canada doit plus que jamais faire des pressions sur le Mexique pour que le pays respecte les droits humains et que Citoyenneté et Immigration doit le retirer de la liste des pays d’origine désignés, ceux considérés comme sûrs.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!