MONTRÉAL – L’opposition continue de s’effriter à Montréal, alors que le leader de l’opposition officielle à l’hôtel de ville, Marc-André Gadoury, a annoncé jeudi qu’il quitte Projet Montréal pour se joindre à l’équipe du maire Denis Coderre.

M. Gadoury a dit en être venu à cette décision devant les réalisations du maire Coderre, des réalisations auxquelles il ne pouvait plus s’opposer en toute conscience.

«(Les Montréalais) sont fiers de leur ville et c’est grâce à M. Coderre. Aller sur le terrain en opposition, ce n’est pas éthiquement faire le bien de la municipalité. Travailler avec M. Coderre, éthiquement, c’est faire le bien de la municipalité», a-t-il déclaré en point de presse.

Il est même allé jusqu’à dire que le travail d’opposition a davantage nui aux concitoyens de son arrondissement de Rosemont-La Petite Patrie.

«On passe d’une logique d’opposition — j’ai quelques fois été vindicatif — à, vraiment, une logique de collaboration. (…) Pour Rosemont-La Petite Patrie, c’est vraiment une bonne nouvelle. On va pouvoir reprendre le terrain perdu dans les dernières années», a affirmé M. Gadoury.

Visiblement satisfait, Denis Coderre s’est toutefois bien gardé de pavoiser, disant voir dans cette démarche le résultat de son approche de collaboration pour le bien commun.

«Montréal a besoin de ses hommes et de ses femmes qui peuvent jouer un rôle de premier plan parce que si on se chicane entre nous continuellement, qu’on joue à la victime et qu’on s’autoflagelle, on n’arrivera pas à être une métropole de premier plan», a fait valoir le maire.

M. Coderre a répété que l’administration municipale est un gouvernement de proximité où la collaboration est essentielle et qui n’a rien à voir avec la politique provinciale ou fédérale, où les lignes de parti sont érigées en frontières beaucoup plus fermes et où les règles du jeu sont d’une nature plus purement politique.

«Gagner une ‘game’ politique, poser une question, bien paraître, faire le ‘sound bite’, le 15 secondes de gloire à tous les bulletins de nouvelles, ‘been there, done that, got a T-shirt’», a laissé tomber le maire dans le style coloré qu’on lui connaît.

«La ‘game’ aujourd’hui, c’est de se dire qu’est-ce qu’on est capable d’améliorer la qualité de vie des gens et qu’on n’a pas la vérité absolue. S’il y a des choses à changer, qu’on les change», a-t-il dit.

En octobre dernier, le fondateur du parti, Richard Bergeron, avait démissionné de son poste de chef, mais avait conservé son siège de conseiller municipal, tout en restant aux côtés du maire Coderre pour mener à bien le projet de recouvrement de l’autoroute Ville-Marie.

M. Bergeron était d’ailleurs aux côtés de MM. Coderre et Gadoury lors de l’annonce de la défection de ce dernier.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!