Marie-Eve Shaffer/Métro Le centre opérationnel d'iBus de la Société de transport de Montréal.

Les usagers montréalais du transport en commun pourront être informés en temps réel du prochain passage de leur bus d’ici environ un an.

Le projet iBus, qui permettra à la Société de transport de Montréal (STM) de gérer sa flotte de plus de 1700 bus à la minute près, devrait être pleinement réalisé à l’automne 2016.

«C’est un objectif, a prévenu mardi le directeur de projets principal de la STM, Donald Desaulniers, lors d’une rencontre de presse. C’est un projet complexe. C’est possible qu’on découvre des choses. On peut remodeler l’échéancier.»

La STM a manifesté son intention d’informer sa clientèle en temps réel des aléas de son service de bus dans son Plan stratégique 2020, qui a été dévoilé en 2010. Le projet, qui devait être concrétisé en 2014, était alors chiffré à 200M$. La facture a depuis diminué à 155M$.

Des retards dans la livraison des logiciels d’exploitation, qui contiennent plusieurs fonctionnalités et qui doivent communiquer entre eux, expliquent les délais dans la réalisation du projet iBus, a indiqué M. Desaulniers.

À ce jour, près de 1300 bus ont été équipés de nouveaux systèmes de radiocommunication, de dispositifs visuel et sonore pour annoncer le prochain arrêt, d’un compteur de passagers et d’une antenne qui permettra aux chauffeurs d’obtenir rapidement une priorité de passage sur certains tronçons routiers montréalais. Ces équipements seront installés sur l’ensemble de la flotte d’ici le mois d’août, à raison de six à huit bus par semaine.

Tous les chauffeurs et les bus seront en communication avec un centre opérationnel où une vingtaine de régulateurs – c’est ainsi que la STM appellent ces employés – veilleront au respect des horaires et informeront les usagers en cas d’imprévus, que ce soit par le biais du site internet, de l’application mobile, par messagerie texte et des 90 bornes d’information. Celles-ci seront installées dans des stations de métro (64 bornes) et à des arrêts de bus très achalandés (26 bornes). Près de 75 abribus numériques, qui sont dotés d’écrans interactifs, pourraient aussi être mis à contribution à partir de 2017.

Une dizaine de bus, qui circulent sur les lignes 32-Lacordaire et 144-Avenue des Pins, testent déjà les nouvelles technologies. Depuis le 7 décembre, les usagers qui embarquent dans ces bus, sont avisés du prochain arrêt et le centre opérationnel suit de près leurs déplacements. D’ici les prochains mois, de nouvelles fonctions s’ajouteront et davantage de bus offriront ces services jusqu’au temps réel, à l’automne prochain.

Avec le projet iBus, la STM croit être en mesure de mieux planifier le service de bus et peut-être même de réaliser quelques économies. «Si on arrête de faire rouler des bus vidse, on peut certainement faire des économies», a dit Donald Desaulniers.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!