FELIX O.J. FOURNIER /TC Media Des syndiqués ont manifesté devant les bureaux de la CSDM en après-midi.

Rebondissement à la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Alors que les syndicats décriaient de nouvelles abolitions de postes à venir, un réinvestissement de 15 M$ de Québec permettra finalement à la commission scolaire d’éviter la majorité des coupes.

La présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, en a fait l’annonce mercredi soir à l’ouverture du conseil de commissaires.

Cette somme provient des réinvestissements annoncés par Québec lors du dernier budget, a confirmé Anne-Catherine Couture, attachée de presse du ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx.

La présidente a affirmé que, suite à des discussions avec le gouvernement provincial, ce dernier a décidé de «tenir compte des spécificités montréalaises», et de canaliser 15 M$ de réinvestissements à la CSDM, dans le but de maintenir les services aux élèves et le soutien en enseignement.

Mme Harel-Bourdon a laissé entrevoir que des écoles en milieu défavorisé pourraient recevoir un investissement supplémentaire, et que des postes pourraient être ajoutés dans les services aux élèves en difficulté.

Si certaines personnes avaient reçu un avis qui indiquait que leur poste serait aboli, le réinvestissement permettra à la CSDM de revoir son plan d’effectifs dans les prochains jours. La «grande majorité des postes seront maintenus», a déclaré Mme Harel-Bourdon. Ce plan sera connu mardi.

Cette dernière a toutefois laissé savoir que certaines coupes devront être envisagées pour permettre à la CSDM d’atteindre l’équilibre budgétaire.

L’effort demandé à la CSDM étant de 19M$, il reste un manque à gagner de 4M$. Dans un communiqué, la CSDM a fait savoir que des coupes sont à prévoir dans les services centraux, qui assurent entre autres l’entretien des bâtiments et les services de paie.

Le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du milieu de l’éducation de Montréal, Michel Mayrand, voit l’annonce d’un bon oeil, mais avec certaines réserves. Il craint toujours que des membres de son syndicat vivront des coupes.

«Je suis content, c’est une bonification, je ne suis pas complètement déconnecté. Mais je voudrais voir [les détails] avant de crier victoire, a- t-il affirmé à Métro. Je ne donne pas à ce gouvernement le bon Dieu sans confession. Je veux voir. Parce que ses politiques jusqu’à maintenant ont été assez drastiques.»

Mme Harel-Bourdon a affirmé que son administration allait maintenir la pression sur Québec pour faire cesser les coupes. «Nous allons continuer nos actions pour bien faire comprendre les besoins de nos enfants montréalais», a-t-elle déclaré lors du conseil des commissaires.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!