Chantal Lévesque/Métro La zone rouge entre le camion et les pointillés représente les angles morts.

Même si les poids lourds ou les autobus représentent 3% des véhicules présents sur la route, ils ont été impliqués dans 38% des décès de cyclistes et 32% des décès de piétons à Montréal depuis 2011, selon les données de la Société d’assurance automobile du Québec.

Encore cette semaine, une piétonne de 77 ans est morte écrasée par un camions de 10 roues alors qu’elle traversait une intersection dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Le chauffeur qui tournait à gauche sur la rue Chambord ne l’a jamais vu traverser. En moyenne à Montréal, les véhicules lourds sont impliqués dans le décès de 5 piétons par an.

Pour sensibiliser les citoyens à la réalité des angles morts, la SAAQ organisait mercredi sur l’avenue McGill Collège une activité de sensibilisation. «En grimpant dans un poids lourds, on se rend compte de l’importance des angles morts que ce soit devant ou sur les côtés», explique Alain Riendeau,  directeur du service du contrôle routier dans la région de Montréal.

Le camion de Transport Québec utilisé pour l’occasion comprend six rétroviseurs et malgré cela, un piéton ou un cycliste reste invisible sous certains angles. Parmi les accidents les plus fréquents, on retrouve le piéton qui traverse devant le camion en croyant qu’il est vu du chauffeur ou le cas du cycliste qui se fait faucher lorsque le véhicule tourne à droite.

C’est un accident de ce type en novembre 2014 qui a poussé la Ville de Montréal à équiper graduellement d’ici 2020 tous ses camions de barres transversales afin de d‘éviter que des cyclistes ou des piétons percutés ne glissent sous les rues du camion.

Selon les données fournies par la Ville, cette dernière a déjà installé des protections latérales sur les deux-tiers de ses véhicules lourds le nécessitant et serait même en avance sur son échéancier initial. «Il faut également noter qu’à l’avenir, tous les nouveaux véhicules achetés par la Ville seront munis de protection latérale. Cette composante figure aux demandes incluses dans les devis d’achat de véhicules», indique Geneviève Dubé, porte-parole de la Ville de Montréal.

Actuellement, cette mesure est volontaire et Transport Canada, qui a évalué l’efficacité de ce dispositif, réitère qu’il n’a pas fait ses preuves et ce même s’il est obligatoire en Europe. D’ailleurs, le camion du MTQ utilisé pour la démonstration n’en possédait pas.

«Lors de l’annonce sur la modernisation du Code de la sécurité routière, la Ville de Montréal a fait valoir ses positions auprès du gouvernement du Québec pour s’assurer que la modernisation du code tienne compte du nombre croissant de cyclistes en milieu urbain (principe de l’usager le plus vulnérable, jupettes camions, etc.)», précise Mme Dubé. Les mesures retenues dans la refonte du Code de la sécurité routière devraient être déposée par le ministre des transports Jacques Daoust cet automne.

Vidéo explicative des angles morts:

Les statistiques pour Montréal:

Screen Shot 2016-06-02 at 10.11.00

Screen Shot 2016-06-02 at 10.10.47

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!