Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

Québec consent à déléguer certains pouvoirs à la ville de Montréal, à la grande satisfaction du maire Denis Coderre, qui célèbre l’avènement du «réflexe Montréal».

En grandes pompes et sur un ton solennel, l’annonce de nouveaux rapports entre le gouvernement du Québec et la métropole a été faite jeudi, en présence du premier ministre Philippe Couillard, du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, du maire Coderre et d’une brochette de ministres et députés libéraux de l’île de Montréal.

Le nouveau cadre n’inclut pas de brassage de structures, ni de révision de la gouvernance de la ville, mais son statut de métropole du Québec est rendu officiel.

La nouvelle entente Québec-Montréal prévoit que l’administration Coderre aura désormais plus de latitude dans la gestion quotidienne de sa ville, et ce, dans plusieurs domaines.

Elle comporte au total une trentaine de mesures confirmant le statut particulier de Montréal, aux yeux de Québec. Le projet de loi 121, déposé jeudi, viendra officialiser les termes de cette entente.

Le nouveau cadre inclut notamment que le plafond des subventions accordées par la ville aux entreprises est aboli, le pouvoir de la municipalité d’accorder des crédits de taxes est accru et sa marge de manoeuvre pour gérer son parc immobilier sera aussi plus grande.

De plus, la ville pourra désormais fixer elle-même les heures de fermeture des bars et les heures d’ouverture des commerces. Elle aura aussi plus d’autonomie pour gérer les programmes d’habitation, de même que ceux de lutte à l’itinérance et de soutien aux immigrants.

Le tout s’accompagne d’une aide gouvernementale annuelle destinée à favoriser des projets de développement économique de Montréal, une aide qui devrait atteindre 50 millions $ en 2021-2022.

C’est «la fin du paternalisme» exercé par Québec envers Montréal, a résumé le ministre Coiteux, qui a qualifié le moment d’historique, en conférence de presse.

Selon le premier ministre Couillard, il s’agit «de la plus grande décentralisation des pouvoirs vers les municipalités de l’histoire du Québec».

Le maire Coderre était aux anges, affirmant à répétition qu’il avait obtenu ce qu’il voulait. Il a insisté pour dire que dorénavant le gouvernement du Québec ne pourrait plus intervenir, dans quelque dossier que ce soit, sans développer le «réflexe Montréal», qui est au coeur de l’entente conclue jeudi.

Le «réflexe Montréal» imposera au gouvernement Couillard de toujours tenir compte de l’impact social ou économique de chacune de ses décisions sur la métropole.

«Il n’y a pas une loi, il n’y a pas un règlement, il n’y a pas une directive, il n’y a pas une politique qui n’aura pas une clause Montréal, un chapitre Montréal», a résumé le maire, en considérant qu’il s’agissait là d’une avancée majeure pour accroître l’autonomie de la plus importante ville du Québec.

Le maire Coderre y voit un signal que Québec et Montréal vont désormais travailler «d’égal à égal».

Questionné par les journalistes intéressés à savoir ce qu’il aurait souhaité voir dans l’entente et qui n’y figure pas, le maire s’est braqué: «partez pas de chicane, il n’y en a pas de chicane».

«On avait des besoins spécifiques, on les a eus», a dit le maire. «J’ai eu ce que je voulais», a-t-il insisté.

La répartition des pouvoirs entre la ville-centre et les arrondissements ne pose pas problème à Montréal, a ajouté le maire Coderre, qui refuse de donner dans «la structurite».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!