HALIFAX — Transports Canada n’a pas réussi à être exclu d’une action collective intentée au nom des passagers d’un appareil d’Air Canada qui avait effectué un atterrissage brutal, en pleine poudrerie, à l’aéroport de Halifax l’an dernier.

En autorisant l’action collective, mardi, la juge Denise Boudreau, de la Cour suprême de Nouvelle-Écosse, a statué que le ministère fédéral demeurait l’un des défendeurs.

Le vol 624 d’Air Canada, en provenance de Toronto, avait touché le sol 200 mètres avant le début de la piste, un peu après minuit, le 29 mars 2015. Il neigeait abondamment ce soir-là sur l’aéroport international Stanfield, balayé par de forts vents.

Une vingtaine de personnes avaient été blessées dans l’atterrissage brutal de l’Airbus.

Selon l’avocat Ray Wagner, la juge Boudreau a estimé que Transports Canada devait faire partie des défendeurs parce que ce ministère était notamment responsable des systèmes de navigation à l’aéroport au moment de l’accident.

Les autres défendeurs sont Air Canada, l’Autorité aéroportuaire de Halifax, Nav Canada et la société française Airbus, le constructeur de l’appareil.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!