Elles donnaient leur opinion sur la place publique. Les réactions haineuses et agressives sur les réseaux sociaux les ont poussées à battre en retraite – temporairement dans certains cas – afin qu’elles puissent reprendre leur souffle.

Il y a près de trois semaines, l’auteure Geneviève Pettersen annonçait qu’elle délaissait sa chronique au magazine Châtelaine parce qu’elle en avait assez de «générer de l’opinion», mais aussi parce qu’elle se disait usée par les trolls sur les réseaux sociaux. Elle a été suivie de Judith Lussier, qui a décidé au début de la semaine d’abandonner sa chronique publiée dans ces pages, épuisée par «les injures» et «la mauvaise foi» sur le web. Éprouvant de la «fatigue morale et intellectuelle», la journaliste Marilyse Hamelin pensait aussi mettre fin à son blogue, La Semaine Rose, mais elle a fait marche arrière. «J’ai décidé de ne pas accrocher mes patins, du moins, pas encore», a-t-elle écrit lundi dans son carnet virtuel après s’être faite discrète pendant quatre mois.

La professeure de littérature de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Martine Delvaux, qui intervient régulièrement dans les médias sur des enjeux féministes, n’a pas été surprise de la décision des trois chroniqueuses. «C’est très difficile de vivre toute cette violence, dit celle qui a aussi vécu un épisode de violence dans les médias. C’est psychologiquement exigeant. Ça demande énormément de force.»

«Les femmes vivent [cette haine virtuelle] d’abord parce qu’elles sont féministes – au sens large du terme –, a expliqué la professeure. Ce ne sont pas juste nos idées qui sont remises en question. À chaque fois, on nous attaque sur l’être humain qu’on est. C’est notre corps qui est remis en question.»

Judith Lussier a abondé dans le même sens. «Il y a un double standard quand on est une femme et qu’on s’exprime, a-t-elle dit. On reçoit beaucoup plus de mépris. Les commentaires sont beaucoup plus sur notre personne que sur nos idées». L’ancienne chroniqueuse du journal Métro dit avoir été particulièrement éprouvée par «les petits commentaires qui sont un petit peu sur la limite, un petit peu maladroits, un petit peu inadéquats et un petit peu paternalistes».

Les médias sociaux, Geneviève Pettersen les utilise «allègrement». Elle a admis qu’ils font désormais partie du travail de quiconque intervient dans la sphère publique, mais elle a déploré les dérapages qui s’y déroulent. «On a atteint les bas-fonds, a-t-elle affirmé. Les gens n’ont pas de retenue. Ils sont agressifs et méchants.» Elle croit aussi que les attaques lancées aux femmes visent davantage les personnes qu’elles représentent que leurs idées. Même ses enfants et son conjoint ont été ciblés dans des messages désobligeants transmis en ligne.

La prochaine tribune de Geneviève Pettersen, qui prendra forme au Journal de Montréal, consistera à raconter des histoires et à faire part de ses opinions, si elle en a à partager. «Ça sera toujours au je, mais ça sera moins centré sur mon je à moi. Donc, moins attaquable, je pense. On verra.»

«Connasse». «Truie pas de tête». «T’es mal baisée». «Retardées mentales». «Tu comprends rien». Ce sont quelques-uns des messages qu’ont reçus les trois chroniqueuses. Mais parfois, ça va plus loin, jusqu’à des menaces de mort ou de viol. Geneviève Pettersen a décidé d’alerter la police quand un internaute a ainsi dépassé les limites. «Je sais que la personne a été rencontrée, a dit celle qui s’est faite connaître avec les chroniques de Madame Chose. Les menaces de mort et de viol, ce n’est pas mon lot quotidien.»

Certains sujets sont plus susceptibles d’engendrer des dérapages. La culture du viol ou l’absence de femmes à une table ronde ou à une émission en font partie, a constaté Judith Lussier. Geneviève Pettersen a aussi remarqué que les enjeux féministes suscitaient des messages agressifs, mais aussi la parentalité, l’islam et même son comptoir de cuisine désordonné!

«Parfois, quand j’étais plus fatiguée, je m’empêchais de chroniquer sur certains sujets parce que ça ne me tentait pas de gérer l’aftermath, a confié l’auteure du livre La déesse des mouches à feu. Et je sais que je ne suis pas la seule chroniqueuse à faire cela.»

«Le climat de discussion est très désagréable et est très épuisant, a noté pour sa part Judith Lussier. À un moment donné, on se fatigue et on arrête de répondre. Sauf que là, on perd la passion. Alors, il faut encore répondre et expliquer. Si on lâche prise, c’est comme s’il n’y avait plus rien qui est important.»

Marilyse Hamelin, qui a préféré limiter ses interventions publiques cette semaine, a souligné, dans son dernier texte, que son sens du devoir la poussait à continuer à écrire sur des enjeux féministes.

«Combien de fois me suis-je maudite et demandée pourquoi je faisais tout ça alors qu’il serait tellement plus simple de rentrer dans le rang, d’arborer un grand sourire et de chercher à être aimée du plus grand nombre, a-t-elle écrit. Mais non, je suis là, à constamment me faire violence, à planter l’index dans le bobo, incapable de me taire et de passer mon chemin devant l’injustice.»

Depuis que ces trois femmes ont tiré la sonnette d’alarme sur ces trolls, d’autres ont joint leur voix. Parmi celles-ci, il y a la chroniqueuse du Devoir, Josée Blanchette, qui a évoqué sa fatigue de «gérer les commentaires», l’auteure Manal Drissi qui a lancé que «ce n’est pas [sa job] de [se] faire attaquer sur [sa] valeur comme personne (…) sous le couvert du #cestmonopinion» et l’essayiste Aurélie Lanctôt qui ne regarde son fil Facebook qu’une fois par jour pour éviter le plus possible les manifestations de violence et de harcèlement.

Le chroniqueur de La Presse, Patrick Lagacé, a reconnu que ses collègues chroniqueuses reçoivent des messages davantage haineux, vicieux et sexuels. «Je ne reçois jamais d’attaque sur mon physique, a-t-il rapporté. « Tu mériterais de recevoir une bonne bitte dans le cul », je ne me suis jamais fait dire cela, mais les filles se font dire cela.»

Les commentaires qui lui sont transmis ne visent pas seulement ses idées, a insisté Patrick Lagacé. Ils peuvent aussi l’attaquer personnellement, comme quand il se fait traiter de «valet des Desmarais», a-t-il cité comme exemple.

«En faisant abstraction des menaces physiques et des attaques misogynes, prendre la parole en public, c’est tough. Des fois, j’ai l’impression que les gens ne mesurent pas à quel point c’est tough», a dit le chroniqueur, qui convient que son métier est devenu plus ardu avec l’avènement des réseaux sociaux. Il bloque d’ailleurs les trolls de façon préventive pour éviter tout contact avec eux.

Le chroniqueur ouvertement féministe de NightLife, Murphy Cooper, s’abstient de son côté de lire les commentaires anonymes. «Ils sont protégés alors ils peuvent dire n’importe quoi. C’est une perte de temps de les lire», a-t-il mentionné.

Il croit aussi que la teneur des messages qu’il reçoit n’est pas «comparable» à ceux adressés aux femmes. Lui, qui mise sur la provocation pour véhiculer ses idées, a souligné qu’il est régulièrement l’objet d’attaques personnelles. «J’ai rarement eu l’occasion de débattre dans le respect», a-t-il dit.

À une occasion, Murphy Cooper a rencontré un de ses trolls. «Sur le moment, cette personne m’écoutait et j’ai réussi à la convaincre, a-t-il raconté. Mais de retour sur l’internet, elle a choisi de demeurer dans son camp, même si elle savait que j’avais raison.»

 

Des solutions?

La violence en ligne étant de plus en plus répandue, comment faut-il la chasser des réseaux sociaux?

  • Judith Lussier a préconisé une prise de conscience individuelle. «C’est à nous tous d’avoir une réflexion sur nos propres comportements, a-t-elle dit. Même moi, je remets en question mes comportements. Les réseaux sociaux font en sorte qu’on dit des choses qu’on ne dirait pas en face de la personne. Tu te sens plus libre pour être plus agressif.»
  • «Il ne faut pas lâcher», a lancé la professeure de l’UQAM, Martine Delvaux. Elle a aussi évoqué l’aide entre femmes. «On n’est pas encouragées à se backer, a-t-elle dit. On est encouragées à être la schtroumpfette. Il y a une prise de conscience entre féministes qu’on doit avoir.»
  • Geneviève Pettersen mise plutôt sur l’éducation. «Il faut montrer l’éthique virtuelle aux personnes qui utilisent l’internet en ce moment», a-t-elle proposé, en rappelant la responsabilité de tous les internautes.
  • «Les Twitter et Facebook de ce monde ont une responsabilité de responsabiliser leurs usagers», croit pour sa part le chroniqueur de La Presse, Patrick Lagacé.
  • La ministre de la Condition Féminine, Lise Thériault, s’en remet de son côté aux «autorités compétentes», a indiqué son attaché de presse, Karl Sasseville, dans un échange de courriers. «Il s’agit d’un phénomène déplorable, a-t-il écrit. La ministre est préoccupée par l’omniprésence des commentaires dégradants et injurieux sur les réseaux sociaux.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!