Les 23 avril et 7 mai, les Français sont appelés à élire leur prochain président de la République. À Montréal, près de 120 000 personnes sont concernées par cette élection qui aura rarement été aussi indécise. Tour d’horizon.

Une élection à deux tours
Contrairement aux élections canadiennes – municipales, provinciales et fédérales –, les élections françaises se déroulent sur deux tours. Après le premier tour de ce scrutin présidentiel, les deux candidats qui remportent le plus de voix sont qualifiés pour le second tour, deux semaines plus tard. À l’issue de ce dernier, celui qui obtient la majorité des votes est élu président de la République pour une durée de cinq ans. La constitution française interdit de cumuler plus de deux mandats consécutifs.

11 candidats déclarés
En vigueur depuis 1965, ce processus électif du président de la République au suffrage universel direct a toujours mobilisé de nombreux candidats. En moyenne, les Français ont le choix entre 10 noms. En 1965, six prétendants se sont présentés au premier tour. En 2002, un record inverse a été établi avec la présence de 16 candidats, avant une réélection de Jacques Chirac qui était opposé au second tour à Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front National. En 2017, 11 candidats ont obtenu les 500 parrainages d’élus nécessaires pour se présenter. Pour la première fois sous la Ve République, un président en exercice (François Hollande) ne se représente pas à l’issue de son premier mandat.

Beaucoup de Montréalais voteront
Au total, 866 bureaux de vote seront ouverts à l’étranger, dont 37 au Canada. Si près de 120 000 Français vivent à Montréal, plus de 58 000 résidants de la métropole sont inscrits sur les listes électorales consulaires et voteront au Collège Stanislas, dans l’arrondissement d’Outremont. L’établissement accueillera les 24 bureaux de vote montréalais. Seules les villes de Genève, Londres et Bruxelles comptent davantage d’électeurs français inscrits à l’extérieur de l’Hexagone. Les électeurs français vivant en Amérique du Nord sont appelés à voter la veille de l’élection, soit le 22 avril, puis le 6 mai, de 8h à 20h. Un dépouillement des urnes, qui est public, sera effectué dans la foulée et les résultats seront promulgués devant les personnes présentes.

De nouvelles élections en juin
Après l’élection présidentielle, les Français éliront, les 4 et 18 juin (3 et 17 juin à Montréal), les 577 députés – répartis en autant de circonscriptions – qui siégeront à l’Assemblée nationale. Les Français vivant aux États-Unis et au Canada voteront de leur côté pour désigner le représentant de la première circonscription des Français établis hors de l’Hexagone. Après ce scrutin, le président de la République choisira son premier ministre. Celui-ci proposera ensuite au président les membres de son gouvernement (les ministres). Le président a cependant le pouvoir de refuser certaines nominations.

Les résultats en 2012 à Montréal

  • 33% François Hollande était arrivé en tête à Montréal lors du premier tour de l’élection en 2012. Il devançait Nicolas Sarkozy (26,37%), François Bayrou (13,44%), Jean-Luc Mélenchon (10%) et Marine Le Pen (6,82%).
  • 57,74% Au second tour, le candidat socialiste avait dominé Nicolas Sarkozy 57,74% contre 42,26.
  • Sur l’ensemble des bureaux de vote, François Hollande avait remporté cette élection avec 51,64% des votes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!