Paul Chiasson Paul Chiasson / La Presse Canadienne

Confronté à une situation «historique» provoquée par les inondations, le gouvernement Couillard a décidé de demander l’aide de l’armée canadienne, qui commencera à prêter main-forte aux sinistrés dès samedi.

En conférence de presse, vendredi après-midi, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a dit avoir appelé à l’aide étant donné que la situation allait continuer à se détériorer au cours des prochains jours.

Il a indiqué que son homologue fédéral, Ralph Goodale, avait répondu favorablement à l’appel de Québec. On ignore toutefois pour le moment le nombre de militaires qui seront déployés.

«Les niveaux sont comparables aux plus importantes crues que nous avons connues dans notre histoire. C’est parmi les niveaux les plus élevés des 50 dernières années», a dit M. Coiteux.

«Je pense que des ressources additionnelles sont tout à fait appropriées pour venir compléter les efforts que le gouvernement du Québec et ses partenaires, les municipalités, les services d’urgences déploient sur le terrain», a-t-il ajouté.

Vendredi soir, des officiers de liaison de l’armée étaient déjà sur le terrain pour évaluer comment les Forces armées canadiennes (FAC) peuvent apporter leur soutien et sur quels points celles-ci doivent se concentrer prioritairement.

C’est ce qu’a confirmé un porte-parole à la Défense nationale, Daniel Le Bouthillier, dans un courriel envoyé à La Presse canadienne. Ce dernier n’a toutefois pas indiqué l’emplacement exact où se trouvaient les officiers ni combien ils étaient.

Jusqu’à présent, 132 municipalités ont réclamé de l’aide financière à la province en raison de ces crues exceptionnelles. Les régions les plus touchées sont la Mauricie ainsi que la Montérégie.

Selon Urgence Québec, vers 20h30 vendredi, 857 personnes avaient évacué leur résidence au Québec et 340 routes de la province étaient touchées.

De son côté, le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a prévenu que les prochains jours allaient être «les plus difficiles en termes de débit», qualifiant la situation de «tempête parfaite».

«Nous allons atteindre des débits dépassant les 9000 mètres cubes par seconde, ce qui représente des niveaux de débits historiques. On n’a jamais vu ça en 55 ans. C’est véritablement une situation exceptionnelle», a-t-il soutenu.

Le premier ministre Philippe Couillard a écourté son passage en Gaspésie pour se rendre sur le terrain, samedi. Le lieu où il prévoit se rendre n’a pas encore été précisé.

«On prévoit que la situation va ne pas s’améliorer au cours des prochaines heures. Elle va certainement rester comme elle est actuellement et même se détériorer, il faut le craindre», a-t-il dit dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

M. Couillard a demandé aux citoyens d’écouter les indications des autorités si elles exigent des évacuations.

«Si on vous demande de quitter votre domicile, je sais que c’est difficile et beaucoup vont hésiter. Mais je vous demande incidemment de bien considérer les recommandations des autorités», a-t-il soutenu.

Environnement Canada a prévenu que certains secteurs recevront jusqu’à 60 millimètres de pluie au cours du week-end, aggravant ainsi la situation déjà précaire.

Deux militaires se trouvent déjà dans un centre d’opérations à Montréal, a indiqué le ministre Coiteux, ce qui permet de planifier le déploiement des Forces armées canadiennes sur le terrain.

Dès samedi, il sera possible d’intégrer des militaires dans les cinq centres de coordination, a-t-il précisé.

Le directeur des opérations de la Sécurité publique, Éric Houde, a pour sa part indiqué que la Sûreté du Québec avait recensé sur son territoire 1546 résidences touchées et que l’on avait procédé à l’évacuation de 165 propriétés.

«On veut s’assurer que ces personnes soient prises en charge», a-t-il dit.

Par ailleurs, les régions plus à l’est, où le couvert de neige demeure important, commencent à vivre elles aussi la même situation que le sud et l’ouest de la province, alors que la fonte se combine aux pluies pour compliquer la vie des riverains.

Sur le terrain, pendant ce temps, la surveillance demeure intense dans les régions de Montréal, de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de la Montérégie et de la Mauricie, où la situation s’est détériorée dans les derniers jours avec des débordements, entre autres, du fleuve Saint-Laurent, du Lac Saint-Louis, des rivières des Outaouais, Mille-Îles, des Prairies et Saint-Maurice, pour ne nommer que celles-là.

Plusieurs rivières de moindre importance, de même que quelques lacs ont aussi causé des problèmes multiples dans toutes ces régions.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!