Chantal Levesque/Métro

Les annulations de service prévues pour mardi et mercredi sur les lignes de train de banlieue Deux-Montagnes et Mascouche n’auront finalement pas lieu, a annoncé le Réseau de transport métropolitain (RTM) lundi.

Faute d’ingénieurs pour conduire les trains, le RTM avait été contraint d’annoncer que 11 départs seraient annulés ces lundi, mardi et mercredi, et ce, au cours de la première semaine d’opération de Bombardier Transport. La situation, attribuée en partie à la période estivale, a toutefois été réglée lundi.

«Les efforts de Bombardier, du RTM et du Canadian National (CN) ont permis de retrouver les deux employés dont on a besoin», a confirmé la porte-parole du RTM, Caroline Julie Fortin. Le CN était précédemment en charge de l’opération des trains.

Les employés qui devaient conduire les trains des lignes Deux-Montagnes et Mascouche cette semaine n’avaient pas la certification nécessaire pour opérer – une information qu’ignorait Bombardier avant la fin juin, a expliqué Mme Fortin. L’entreprise n’aurait pas reçu à temps la liste des employés du CN transférés à Bombardier et n’aurait donc pu vérifier si les conducteurs respectaient les critères exigés par le RTM. Le réseau, qui remplace l’AMT depuis le 1er juin, a confirmé qu’il devra imposer des pénalités à Bombardier.

«On regrette les inconvénients causés», a annoncé Marc-André Lefebvre, un porte-parole de Bombardier Transport. Le retard aurait été causé par des événements «hors-Bombardier», a-t-il expliqué.

En novembre dernier, Bombardier annonçait qu’il avait remporté le contrat de 331 M$ pour l’opération et l’entretien des trains de banlieue de l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

Un lundi chaotique
L’annonce de l’annulation a été publiée la veille de la première annulation, soit dimanche à 20h, et plusieurs n’ont pu être avertis à temps. Certains usagers ont exprimé leur insatisfaction sur Twitter.

«Vous incommodez des milliers d’usagers pour accommoder les vacances de vos employés? Vraiment?» a répondu un internaute.

François Pépin, le président de l’organisation Transport 2000, dont le mandat est de protéger les usagers du transport collectif, juge que le RTM devrait emboîter le pas à d’autres municipalités et dédommager les personnes affectées par les annulations ou les retards de trains.

«La Société des transports de Laval (STL) offre un passage gratuit lorsque [ça se produit]. À Toronto, dès qu’il y a un retard de plus de 15 minutes, ils donnent un billet gratuit aux clients des trains de banlieue», a-t-il proposé.

«On avait annoncé que les gens ne se rendraient pas compte du changement. Eh bien, l’usager s’en est rendu compte [lundi]», a-t-il déploré.

Le RTM ne prévoit pas de compensation automatique pour ses usagers affectés par les retards, a de son côté indiqué Mme Fortin.

 

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!