THE CANADIAN PRESS

VANCOUVER — Le gouvernement libéral de Justin Trudeau offre finalement aux opérations de maintien de la paix des Nations unies (ONU) des hélicoptères et des avions de transport, ainsi qu’une force d’intervention rapide de 200 militaires — mais il faudra attendre encore des mois avant de connaître le moment et le lieu de ces divers déploiements.

Le gouvernement libéral avait promis l’été dernier d’offrir à l’ONU jusqu’à 600 soldats et 150 policiers pour ses missions de maintien de la paix.

La participation promise mercredi par le Canada à l’ONU comprendra aussi 21 millions $ pour accroître le rôle des femmes au sein des Casques bleus. De l’enveloppe de 21 millions $ promise, 6 millions $ iront à des réformes au sein même de l’ONU, et 15 millions $ serviront à créer un fonds en fiducie destiné a aider les nations qui voudront faire leur part dans cette initiative.

Ottawa offre aussi de «prêter» des dizaines de militaires pour dispenser dans d’autres pays une formation en matière de maintien de la paix. «C’est un savoir-faire que nous avons durement acquis en Afghanistan et en Irak, deux des environnements opérationnels les plus difficiles», a indiqué mercredi M. Trudeau, venu lui-même dévoiler la contribution du Canada, dans le cadre de la réunion des ministres de la Défense sur le maintien de la paix des Nations unies, à Vancouver.

Certains de ces instructeurs seront affectés à des centres opérationnels de l’ONU dans des pays africains, comme le Kenya, le Ghana et l’Ouganda. Mais une cinquantaine d’instructeurs canadiens pourraient aussi être déployés dans d’autres pays, et même participer à des missions de maintien de la paix avec leurs élèves, ont confié des responsables. La sécurité des Canadiens devra toutefois être assurée.

62 Casques bleus canadiens
Lors d’une séance d’information destinée aux journalistes, mercredi matin, des responsables canadiens ont expliqué qu’Ottawa laisse ainsi l’ONU décider du lieu et du moment d’éventuels déploiements des 200 militaires et des aéronefs offerts. Les discussions, qui pourraient durer de six à neuf mois, s’amorcent à peine, a-t-on indiqué. Un responsable à l’ONU se réjouissait cette semaine de cette flexibilité accordée par Ottawa, ce qui permettra de combler des lacunes dans différentes missions.

L’annonce de mercredi marque en quelque sorte le retour du Canada dans un créneau qu’il avait lui-même créé à la fin des années 1950 — le ministre des Affaires étrangères Lester B. Pearson avait d’ailleurs remporté le prix Nobel de la paix en 1957 pour cette initiative.

Le nombre de Canadiens qui portent le casque ou le béret bleu dans le monde a atteint un creux historique le mois dernier, passant de 68 en septembre à 62 en octobre. Lorsque les libéraux ont promis d’offrir à l’ONU 600 militaires et 150 policiers, en août 2016, on dénombrait 112 Casques bleus canadiens — presque deux fois plus qu’aujourd’hui.

Dans son allocution, mercredi, M. Trudeau a admis que son gouvernement avait promis 600 militaires, en août 2016, mais il soutient que cette cible sera atteinte «avec le temps, par le biais de plusieurs petits engagements».

«C’est la meilleure façon pour le Canada d’apporter son aide, tout en maximisant les chances de succès.»

Les responsables canadiens ont refusé de discuter des scénarios possibles pour les futurs déploiements. On parle depuis quelque temps d’hélicoptères au Mali et d’un avion de transport en Ouganda pour participer à différentes missions africaines. Le Canada serait aussi prêt à déployer une force d’intervention rapide sur le plateau du Golan, entre Israël et la Syrie, et à appuyer la nouvelle force policière de l’ONU en Haïti — en terrain de connaissance.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!