DARRYL DYCK DARRYL DYCK / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Air Canada pourrait faire face au boycottage des voyageurs taïwanais, alors que le transporteur aérien écrit maintenant sur son site de réservation que la capitale taïwanaise fait partie de la Chine, comme l’ont fait plusieurs de ses concurrents, qui sont soupçonnés d’avoir plié devant les pressions de Pékin.

Le transporteur de Montréal offre depuis près d’un an une liaison directe entre Vancouver et Taipei. Mardi, le site de la clientèle classait Taipei comme étant en Chine, et non à Taïwan, une île autonome que Pékin considère comme un territoire chinois.

En plus de cette classification lors de la réservation, une page du site vante les nouvelles destinations offertes par le transporteur, en parlant de «Taipei, Chine».

Toutefois, Taïwan est toujours considéré comme un pays dans le moteur de recherche d’Air Canada et sur son calendrier de vols du 24 mai au 26 août.

L’Administration de l’aviation civile de Chine a demandé à 36 transporteurs aériens étrangers — notamment des entreprises américaines — de faire ce changement, selon la Maison-Blanche.

Malaysia Airlines et British Airways sont parmi les transporteurs qui ont effectué cette modification.

Le gouvernement chinois du président Xi Jinping redouble d’ardeur pour revendiquer le territoire de Taïwan, qu’il considère comme une province renégate, et a même menacé d’utiliser l’armée pour ramener l’île sous son contrôle.

Air Canada a refusé de préciser pourquoi l’entreprise avait pris cette décision et à quel moment cette modification avait été effectuée. Selon certains médias, toutefois, le gouvernement chinois a écrit des lettres à plusieurs transporteurs pour réclamer ce changement.

«La politique d’Air Canada est de respecter tous les critères dans tous les territoires où nous volons», a soutenu la porte-parole Isabelle Arthur dans un communiqué.

L’autre grand transporteur canadien, WestJet, n’assure pas de liaison entre le Canada et Taïwan, ni entre le Canada et la Chine, et il n’est donc pas possible de chercher ces destinations sur son site.

Une classification jugée «ridicule»

Le président de la Chambre de commerce taïwanaise de la Colombie-Britannique a avancé mardi qu’Air Canada pourrait avoir accepté de faire ce changement parce que le transporteur désire offrir de nouvelles liaisons vers la Chine.

Air Canada est en train de négocier avec Air China pour lancer une coentreprise, des pourparlers qui devraient se conclure à l’automne.

«S’ils traitent les Taïwanais de façon aussi hostile, je crois que la plupart des gens de Taïwan choisiront d’autres transporteurs qu’Air Canada», a prédit Charles Chang.

M. Chang, qui dirige aussi l’agence de voyages Formosa Travel, croit que le transporteur canadien a fait ce changement il y a un ou deux jours. Selon lui, cette décision est «ridicule» et il prévoit envoyer une lettre de plainte à l’entreprise.

Le transporteur Delta Air Lines, les hôtels Mariott, la marque de vêtements Zara et plusieurs autres entreprises se sont excusés auprès de la Chine, dernièrement, pour avoir considéré Taïwan, Hong Kong et le Tibet comme des pays sur leur site et dans leur matériel promotionnel.

Pour sa part, le détaillant américain Gap s’est aussi excusé mardi pour avoir vendu des chandails avec une carte de la Chine qui n’incluait pas le Tibet.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!