Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le député néo-démocrate fédéral Romeo Saganash ajoute sa voix à celles demandant déjà la démission du ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, malgré les excuses que ce dernier a présentées.

Dans une déclaration écrite envoyée vendredi, le député cri dénonce les propos tenus il y a deux semaines par le ministre sur le transport par avion-ambulance des enfants du Nord, qui pourront désormais être accompagnés par leurs parents.

Un enregistrement audio obtenu par «Le Devoir» et la CBC permet d’entendre le ministre Barrette dire, en anglais, que d’ici six mois, il y aura au moins un cas d’une personne qui ne sera pas admise dans l’avion parce que quiconque est agité, drogué ou sous l’influence de quoi que ce soit ne sera pas autorisé à monter à bord.

M. Saganash accuse le ministre de «racisme» et de «haine» envers «sa communauté et les résidents du Nord».

«Les stéréotypes qu’il exprime sont enracinés dans la violence coloniale, a déclaré M. Saganash. Ils nuisent aux familles autochtones et aux personnes toxicomanes. Il n’y a rien pour excuser cette politique raciste, et le fait que M. Barrette se soit senti autorisé à faire ces déclarations est dégoutant.»

Gaétan Barrette a présenté ses excuses jeudi. Il a soutenu n’avoir jamais eu l’intention de viser les communautés autochtones et qu’il n’avait en aucun temps fait référence à une communauté autochtone dans l’extrait rapporté.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, et le maire de Kuujjuaq, Tunu Napartuk, ont également demandé la démission du ministre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!