Jacques Boissinot / La Presse canadienne Philippe Couillard

MONTRÉAL — La campagne électorale s’amorcera officiellement le jeudi 23 août pour un scrutin le 1er octobre.

La prochaine campagne électorale durera 39 jours, soit la limite supérieure légale. La loi prévoit qu’une campagne électorale doit durer entre 33 et 39 jours.

Le premier ministre Philippe Couillard a choisi de mettre fin au suspense qui durait depuis quelques jours sur la date du déclenchement du scrutin, samedi, en fin de journée, à l’occasion de son discours de clôture du 36e congrès de l’aile jeunesse de son parti.

En conférence de presse, le chef libéral a justifié son choix en disant qu’une durée plus longue lui permettra de mieux passer son message dans toutes les régions, «pour aller à la rencontre de Québécois».

«Six jours de plus, ce n’est pas banal», pour présenter tous les engagements faits par son parti à la population, a-t-il dit.

Il a aussi fait valoir que la campagne sera ponctuée de trois débats des chefs, deux en français et un anglais, ce qui grugera beaucoup de temps, si on tient compte de la préparation requise.

Dans son discours, très centré sur la place à faire aux jeunes et à leurs valeurs, M. Couillard, qui réclame un deuxième mandat à la population, a décrit le déclenchement de la campagne électorale comme étant le début de «la grande marche vers la réélection du Parti libéral du Québec».

Le début de la campagne sera précédé par le dépôt du rapport attendu de la vérificatrice générale sur l’état des finances publiques, le 20 août.

Les autres partis n’ont pas tardé à réagir à l’annonce de M. Couillard.

«Notre équipe est prête et nous avons hâte de vous faire part de nos propositions pour les familles du Québec», a lâché la Coalition avenir Québec dans un tweet relancé par son chef François Legault.

De passage aux Îles-de-la-Madeleine, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, s’en est réjoui. «Tant mieux ! L’équipe du Parti québécois est prête à proposer un gouvernement proche des besoins des gens et qui refuse l’austérité permanente que préparent la CAQ et le PLQ», a-t-il commenté sur son compte Twitter.

Même constat chez Québec solidaire.

«On était déjà pas mal en campagne, a fait valoir la porte-parole du parti, Manon Massé à La Presse canadienne. Pour nous, c’est maintenant clair. Notre monde savait très bien que l’élection s’en venait. Nos gens étaient sur le terrain depuis un temps. On est prêt.»

Non aux contraintes

Durant leur congrès, les quelques centaines de jeunes militants libéraux réunis au Centre Pierre-Charbonneau ont adopté plusieurs résolutions à l’intention du gouvernement.

Le premier ministre Couillard a rejeté du revers de la main une résolution des jeunes qui aurait eu pour effet de restreindre la liberté d’expression des créateurs.

Dans la foulée de la controverse entourant les spectacles SLAV et Kanata, les jeunes libéraux voulaient inciter les organismes subventionnaires des projets culturels (le Conseil des arts et des lettres et la Société de développement des entreprises culturelles) à inclure dans le processus créatif les autochtones et les minorités culturelles lorsque les projets soumis abordent leur réalité ou leur histoire.

M. Couillard a répliqué en disant qu’il ne croyait pas que «l’approche coercitive ou conditionnelle soit la meilleure dans le domaine de la création artistique».

Il a rappelé qu’il dirigeait «le parti des libertés», clamant que la «liberté artistique, elle est fondamentale».

Les jeunes libéraux ont eu plus de chance avec une autre résolution visant à inciter le gouvernement à se pencher sur le problème de la santé mentale des jeunes et des étudiants, qui a reçu l’appui du premier ministre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!