QUÉBEC – Les citoyens de Victoriaville seront les prochains à faire les frais de la mauvaise gestion de crise du gouvernement Charest.

C’est l’avis de l’opposition péquiste, à quelques heures du conseil général du Parti libéral qui s’ouvre à Victoriaville vendredi soir et qui durera tout le week-end.

La ville est sur le pied de guerre en raison des manifestants étudiants qui sont attendus en grand nombre. La Sûreté du Québec exerce une surveillance accrue.

Le PLQ avait choisi de déplacer sa rencontre de Montréal vers la municipalité du Centre-du-Québec par crainte de perturbations, mais les associations étudiantes ont décidé de suivre les libéraux à la trace et de mobiliser leurs troupes.

Selon la députée péquiste Agnès Maltais, les citoyens de Victoriaville devront faire les frais d’une crise dont ils ne sont pas responsables.

«Ce que je trouve terrible, c’est que la mauvaise gestion de cette crise par le gouvernement nous a amenés devant une situation qui pénalise tout le monde, a-t-elle dit dans une conférence de presse à l’Assemblée nationale à Québec. Cela pénalise les étudiants, les policiers, les citoyens de Victoriavlle et même, à la limite, les militants libéraux.»

Ce conflit qui dure depuis 80 jours a été géré de façon «déplorable», a-t-elle poursuivi. À l’opposé, elle a fait valoir la méthode du PQ qui, quand il était au pouvoir, «a travaillé sur de grands sommets» et «a amené tout le monde autour de la table».

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus