vimeo.com Dans le court-métrage Maintenant ou jamais, filmé au début du mois de février et mis en ligne samedi sur le site Vimeo par le collectif politico-révolutionnaire Hors-d’Øeuvre, Marc Ranger, porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, dit rêver d'un 24h de grève sociale.

Un mouvement se prépare autour du 1er mai prochain alors que des syndicalistes souhaitent une grève sociale de 24h pendant laquelle «le Québec ne fonctionne pas» et où «on ferme les ponts».

Dans le court-métrage Maintenant ou jamais, filmé au début du mois de février et mis en ligne samedi dernier sur le site Vimeo par le collectif politico-révolutionnaire Hors-d’Øeuvre, Marc Ranger, porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, parle de son intention de créer «un événement social fort où tout le monde se l’approprie et se dit : “Cette journée-là, le Québec ne fonctionne pas ”».

Attablé dans un restaurant de Montréal en compagnie de Marjolaine Aubé, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses du CSSS de Laval (CSN) et de Gilles Tremblay, conseiller à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), M. Ranger soutient, dans ce court-métrage, que les syndicats sont «invité[s] au combat» contre les mesures d’austérité imposées par le gouvernement provincial. «On va répondre présent», dit-il à ses collègues qui acquiescent.

«Il faut brasser la cage. Il faut qu’il y ait un 24 heures comme il n’y a jamais eu avant. Il faut que ce soit historique», s’exclame-t-il dans cette vidéo d’une vingtaine de minutes.

Il dit avoir commencé à parler avec ses collègues de l’idée d’un 24 heures de grève sociale. «Nos gens embarquent. Ça frappe l’imaginaire», affirme-t-il devant les deux autres syndicalistes. Les trois semblent d’accord pour dire que le 1er mai serait une date adéquate pour cette action, faisant valoir que «la dernière ligne de front, c’est ce printemps».

«Moi, je vais être guerrier, je vais faire ce que j’ai à faire et je vais soulever les troupes.» – Marc Ranger, porte-parole de la Coalition syndicale pour la libre négociation, dans le court-métrage Maintenant ou jamais du collectif Hors-d’Øeuvre

«Le 1er mai, c’est la fête des Travailleurs. Pourquoi on ne leur offre pas un vrai congé férié ? On ferme la province, on ferme tous les ponts. Restez chez vous», affirme plus tard dans la vidéo Marjolaine Aubé.

Contactée par Métro, Mme Aubé a effectivement soutenu, au sujet de sa volonté de «fermer la province» que «ce n’est pas du tout exclu». «Ça converge beaucoup [vers ça]». «Si jamais on décide de fermer la province, de fermer tous les ponts, vous comprendrez qu’il n’y aura pas beaucoup de circulation», a-t-elle ajouté.

«C’est du syndicalisme de combat.» – Gilles Tremblay, conseiller à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), dans le court-métrage Maintenant ou jamais du collectif Hors-d’Øeuvre

Le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN), dont le syndicat de Mme Aubé fait partie, a effectivement voté en faveur, la semaine dernière, d’une «journée de perturbation économique à se tenir au plus tard le 1er mai 2015». La grève ne serait pas exclue, bien que ce ne soit pas encore officialisé. Les cols bleus et blancs de Laval doivent également se joindre à eux, selon Mme Aubé, qui espère que l’ensemble de la province le fera aussi. Déjà, tous les groupes communautaires de la coalition Laval uni contre l’austérité ont déjà voté pour une journée de grève sociale le 1er mai, ajoute-t-elle.

«Je peux vous dire que les gens sont prêts à faire pas mal toutes les actions qui seront jugées nécessaires pour faire bouger le gouvernement. Tout est sur la table, on va voir jusqu’où ça va aller», a-t-elle confié à Métro.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) s’est également dotée d’un mandat semblable pour une journée de perturbation économique «à déclencher au moment jugé opportun».

«Nous ferons une grande réflexion à la fin du mois de mars sur l’ensemble de la question, y compris sur la possibilité d’y inclure une grève. Il y a de plus en plus de membres qui regardent le 1er mai. Je trouve ça intéressant», a confié à Métro son porte-parole Jeff Begley.

M. Begley est également d’avis que les travailleurs ont intérêt à former une coalition la plus large possible et n’est pas fermé à une possible journée de grève sociale. «Si on veut avancer, nous n’aurons pas le choix, un moment donné, de nous avancer sur ce terrain-là. C’est juste la date qui n’est pas encore fixée», indique-t-il.

«Ça va prendre une mobilisation comme on n’en a pas vu dans le secteur public depuis belle lurette» – Jeff Begley, porte-parole de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS)

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) affirme être au courant des discussions autour de la journée du 1er mai. La question est «dans [leurs] sujets de réflexion», et les membres devront se pencher sur le sujet prochainement pour décider quelle forme prendra leur contribution.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), qui a pris part aux dernières manifestations du 1er mai à Montréal, soumettra également la question à ses membres cette semaine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!