Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic Les résidents d'Ahuntsic craignent que le parachèvement de l'A19 soit une source de problèmes supplémentaires pour eux.

L’appel d’offres pour les études et les plans et devis pour le parachèvement de l’autoroute 19 a été publié le 30 août par le ministère des Transports du Québec. Une avancée remarquable pour ce projet qui traine depuis 45 ans et qui suscite beaucoup d’inquiétudes à Ahuntsic. Cet appel d’offres a fixé le délai limite pour le dépôt des offres au 17 septembre.

Le document du MTQ souligne que les prestataires doivent «réaliser les études complémentaires, analyser les scénarios requis afin de produire un avant-projet définitif et réaliser les plans et devis préliminaires et définitifs pour le parachèvement de la 19.»

Le projet comprend deux voies réservées pour le transport collectif, au covoiturage et aux voitures électriques, une dans chaque sens. Quatre autres couloirs seront prévus, deux dans chaque direction, pour les autres véhicules. Des échangeurs seront aménagés à certaines intersections.

Le projet était passé à l’étape «en planification» en avril, dans le dernier budget de la province pour un coût estimé entre 500 et 600 M$ et avait été annoncé par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard. La livraison est prévue en 2025.

Cette route débouche à Ahuntsic à l’intersection du boulevard Henri-Bourassa et de l’avenue Papineau. Elle draine déjà un important flux de véhicules. Des résidents d’Ahuntsic-Cartierville réunis au sein de Mobilisation environnement Ahuntsic Cartierville ou Coalition pour un boulevard Papineau refusent un prolongement de l’A19 par une autoroute.

Ils assurent que cela occasionnera une pression supplémentaire sur le quartier, nuisible à la qualité de vie des citoyens. Outre un quartier résidentiel qui borde l’intersection boulevard Henri-Bourassa /avenue Papineau, des écoles sont situées à proximité.

Les citoyens souhaitent un parachèvement de type boulevard urbain pour réduire la pression sur le quartier. Alors que le projet devenait concret, beaucoup se sont inquiétés de voir que les voies réservées pour les bus peu convaincantes pour encourager les usagers de la route d’abandonner leur voiture.

Le projet prévoit un stationnement incitatif de près de 700 places pour encourager les automobilistes à prendre le bus ou utiliser le covoiturage.

Par ailleurs, la présence d’échangeurs est pour eux la preuve que l’A19 n’est rien d’autre qu’une autoroute.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!