Yves Provencher/Métro

L’École musulmane secondaire de Montréal a été victime, durant la fin de semaine, d’un méfait violent qui pourrait être un crime haineux.

Lundi matin, des employés de l’école, située dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, ont constaté que six vitres de l’établissement avaient été brisées. Ils ont contacté le Service de police de la Ville de Montréal, qui a ouvert une enquête.

«Selon les traces laissées dans les vitres, il s’agit possiblement d’impacts de carabines à air comprimé», a souligné l’agent relationniste média Raphaël Bergeron.

«La possibilité d’un crime haineux est fortement étudiée, mais elle est difficile à établir, a poursuivi M. Bergeron. Personne ne se trouvait à l’intérieur de l’école. Ça pourrait être des jeunes qui se sont amusés.»

Le directeur de l’école, Belaiboud Fouzi, a fait part de son inquiétude à Radio-Canada mardi. «C’est tout à fait normal [de s’inquiéter] quand on trouve des projectiles sur les vitres», a-t-il commenté.

Le Collectif québécois contre l’islamophobie (CQCI) estime que cet acte s’inscrit dans la foulée d’une hausse des incidents islamophobes depuis le début de l’année. «Nous avons recueilli 123 plaintes pour des propos ou des actes islamophobes entre le 7 et le 21 janvier. Ce pic a fait suite à [l’attentat contre] Charlie Hebdo, a exposé Adil Charkaoui, coordinateur du CQCI. Entre le 21 janvier et le 8 février, il y en a eu 94.»

Il n’a pas été possible de parler à des personnes ayant formulé ces plaintes. «Les gens sont réticents à parler, ils ont peur des représailles», a estimé M. Charkaoui.

Le coordinateur du CQCI a indiqué que de nombreux citoyens lui avaient aussi acheminé des critiques contre les médias de masse, qui feraient preuve d’acharnement contre les institutions musulmanes. «Il y a un focus qui est mis sur la communauté musulmane plus que sur toute autre. Il ne passe pas un jour sans qu’un article soit publié à son sujet, ce qui contribue à gonfler la menace aux yeux de l’opinion publique», a argué M. Charkaoui.

Les Écoles musulmanes de Montréal avaient d’ailleurs fait l’objet d’une enquête publiée par le Journal de Montréal à la fin janvier.

La députée fédérale de Notre-Dame-de-Grâce-Lachine, Isabelle Morin, a dénoncé ces actes de vandalisme et a appelé les autorités à « prendre les mesures nécessaires pour ne pas que de tels gestes se reproduisent».

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus