Graham Hughes Graham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Le maire de Montréal, Denis Coderre, fait de nouveau face à des critiques concernant le changement de nom d’un parc de la ville, cette fois de la part de membres de la communauté italienne cherchant à préserver le patrimoine d’un artiste local bien connu.

Un parc dans l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve nommé en l’honneur du défunt artiste italo-canadien Guido Nincheri doit être rebaptisé parc de la Ville-de-Québec l’an prochain, marquant le coup du don par la Ville de plusieurs sculptures à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal.

Mais quelques résidants montréalais d’origine italienne y voient un manque de respect pour l’artiste déjà décrit comme le «Michel-Ange de Montréal», dont les fresques et oeuvres en vitrail se retrouvent dans plusieurs églises en Amérique du Nord.

L’Association des jeunes Italos-Canadiens de Montréal (MYICA) a lancé une pétition. Son président, Nicholas La Monaca, a fait valoir qu’il s’agissait d’éliminer un symbole culturel et historique et de renier les services rendus par Guido Nincheri et par la communauté italienne dans son ensemble.

D’autres résidants de diverses origines se sont manifestés sur les réseaux sociaux, certains décriant un manque d’endroits désignés dans la ville pour rendre hommage aux immigrants et aux membres de communautés minoritaires.

C’est la deuxième fois cette année que la Ville de Montréal est critiquée pour avoir rebaptisé un espace vert. En juin, certains ont vu un manque de respect à la mémoire militaire canadienne dans la décision du conseil municipal d’autoriser le changement du nom du parc de Vimy, dans l’arrondissement Outremont, pour rendre hommage à l’ancien premier ministre du Québec, Jacques Parizeau.

Le maire de Montréal a fait valoir plus tôt cette semaine en entrevue que la mémoire de l’artiste serait encore préservée par un musée à proximité du parc qui porte déjà le nom Dufresne-Nincheri, et renferme le studio Nincheri, atelier de vitrail du maître florentin.

Roger Nincheri, petit-fils de l’artiste âgé de 81 ans, a affirmé que M. Coderre aurait dû consulter la communauté italienne avant de prendre une décision. Mais il a ajouté avoir vu les sculptures offertes par la Ville de Québec, et ne pas croire que son grand-père aurait voulu que son nom y soit associé.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus