Archives TC Média La place Simon-Valois est souvent considéré comme berceau de la gentrification d’Hochelaga

À une semaine des assises de la gentrification, l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve a dévoilé jeudi l’étude menée par l’Institut national de recherche scientifique.

Pour ce faire, la mairie propose la construction de 150 logements communautaires par an pendant cinq ans, l’augmentation à 30% du nombre de logements sociaux dans les projets immobiliers ou encore la création d’une fiducie foncière communautaire.

L’instauration d’un registre des baux et d’un gel des conversions d’appartements en condos indivises sont aussi proposés, mais doivent faire l’objet d’une décision provinciale à l’heure actuelle. «Avec le nouveau cadre légal du statut de la métropole, nous pourrions envisager d’instaurer ses mesures à l’île de Montréal uniquement», affirme le maire.

«Nous voulions mettre toutes les données à disposition du public qui serviront de base aux échanges entre les participants lors de la journée des assises», a indiqué le maire d’arrondissement, Réal Ménard.

Les assises devront permettre de faire ressortir des axes de solutions «concrètes» selon le maire, qui s’engage à «mettre en application les propositions retenues de façon diligente».

Le rapport ne s’est toutefois pas penché sur les principales victimes de l’embourgeoisement que sont les personnes qui ont dû quitter le quartier.

Le phénomène de gentrification ou d’embougeoisement fait venir des populations plus aisées au détriment de la population moins bien nantie.

Selon l’étude, le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve vit depuis 1996 un véritable rajeunissement de sa population, puisque la part des moins de 34 ans a augmenté de 35% là où dans le reste de l’île, la part a diminué de 24%.

Concernant les logements, l’apparition de condos est surtout le fait de la transformation des anciennes usines et des terrains vagues du nord de Maisonneuve et Viauville en unités de logements. Le quartier compte toutefois 856 logements locatifs en moins depuis 2003.

Les assises de la gentrification se tiendront le dimanche 7 mai au Chic Resto Pop. La matinée sera consacrée à l’analyse des données du rapport et l’après-midi.


26%
En moyenne, les loyers dans Hochelaga ont augmenté de 26% depuis 2006 selon les chiffres de la Société canadienne d’hypothèque et de logements. À titre de comparaison, Villeray a vu ses prix monter de 40% et Rosemont de 18%.

852
C’est le nombre d’appartements qui ont été convertis en condos dans Hochelaga depuis 2003.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!