Collaboration spéciale Marc-André Poirier-Charbonneau gravira les 6074 mètres du mont Chachacomani, en Bolivie.

Touché par les situations de maltraitance et de négligence que vivent des enfants de moins de cinq ans, Marc-André Poirier-Charbonneau a décidé de faire quelque chose pour eux. Le résident de Hochelaga partira le 20 août pour la Bolivie où il gravira le mont Chachacomani, dans le cadre du Sommet des tout petits.

«Quand j’ai entendu parler de tous les cas et situations traités par le Centre jeunesse de Montréal–Institut universitaire (CJM–IU), ça m’a surpris. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables. Je voulais faire quelque chose pour eux», souligne M. Poirier-Charbonneau.

Pendant une dizaine de jours, un groupe de 13 grimpeurs, dont font partie M. Poirier-Charbonneau et son frère Jérémi, graviront les 6074 mètres de la montagne bolivienne. Un défi que le Montréalais a hâte de réaliser.

«Je suis un passionné de nature. Chaque année, je vais régulièrement monter des montagnes. Cet événement permet de jumeler ma passion et une cause qui me tient à cœur», mentionne le grand frère d’une famille de quatre enfants.

Afin de gravir ce massif, constitué d’un énorme plateau glaciaire parsemé de vasques et de crevasses, M. Poirier-Charbonneau s’entraîne depuis plusieurs mois. Depuis décembre dernier, il visite la salle de sport quelques fois par semaines et il a fait des randonnées sur plusieurs montagnes nord-américaines. Il se dit fin prêt pour l’aventure.

«J’ai déjà gravi des monts de 2000 mètres, mais jamais 6000. Je suis fébrile, mais j’aime relever de nouveaux défis», fait-il valoir.

Campagne de financement
Pour participer à l’aventure, M. Poirier-Charbonneau doit amasser 5000$ pour la Fondation du CJM-IU ainsi que les frais pour son voyage, ce qui totalise près de 10 000$.

À quelques jours de son départ, le Montréalais a récolté 4850$. Il est sûr d’atteindre les 5000$ et bien plus. «J’ai d’autres activités de financement prévues et je ne vais pas me limiter à 5000$. Je suis orgueilleux et je veux amasser davantage», affirme-t-il.

Les gens voulant s’informer sur la cause ou faire des dons  peuvent visiter le site web de l’événement.

La cause des enfants maltraités
Sur les 3848 signalements retenus en 2014-2015 par le CJM-IU, 1269 enfants (33%) ont moins de cinq ans. La maltraitance et la négligence vécues durant l’enfance laissent des traces indélébiles dans le parcours de vie de ces jeunes. L’intervention du centre, c’est aussi accompagner les familles lors des moments difficiles et de soutenir le développement des compétences parentales et du lien d’attachement parent-enfant.

Les fonds amassés permettront à la Fondation du Centre jeunesse de Montréal d’aider des centaines de familles d’enfants de moins de cinq ans en répondant de façon personnalisée aux besoins urgents et essentiels, non couverts par l’offre de services du CJM-IU ou du réseau de la santé et des services sociaux. Il peut s’agir d’un coup de pouce pour l’achat de première nécessité (alimentation, mobilier, poussettes, électroménagers) ou d’un dépannage de courte durée pour éviter qu’une situation familiale ne se détériore, en répondant aux besoins de base. L’appui peut aussi prendre la forme d’activités de stimulation ou d’ateliers parent-enfant pour consolider les acquis dans la jeune vie de l’enfant, le tout, en complémentarité avec le soutien offert par l’équipe du CJM-IU.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!