Une station de radio communautaire en ligne vient d’apparaître dans le paysage médiatique de L’Île-des-Sœurs. Baptisée Radio CIDS, parce que tous les noms de radio commencent par C au Canada, la plateforme a le mandat de faire la promotion de la vie de quartier insulaire.

«Ça s’adresse à tout le monde, pour que notre coin soit vivant. Les gens peuvent y participer même de chez eux puisque c’est en ligne», explique le président fondateur, Serge Bellemare.

Enseignant au secondaire retraité et résident de l’île depuis 33 ans, M. Bellemare s’est toujours investi dans sa communauté. Il voulait maintenant «faire avancer les choses». Bien qu’il n’ait aucune expérience de travail ou de formation en lien avec le monde des médias, c’est sa découverte de l’application mobile Periscope qui lui a donné la piqûre.

La plateforme permet de diffuser des vidéos en direct à partir de son téléphone mobile à des milliers d’utilisateurs de l’application. Les émissions de Radio CIDS sont d’ailleurs entièrement filmées avec une webcam.

Dans chacune des émissions, qui ne sont pas diffusées selon des horaires fixes pour l’instant, les bonnes nouvelles et l’environnement seront priorisés. Rien ne sera toutefois laissé de côté.

«Il va aussi y avoir de la place au débat et même pour votre enfant, s’il joue d’un instrument par exemple, il pourrait passer dans une émission», soutient M. Bellemare.

Modèle d’affaires
La publicité prendra la forme de chronique d’expert sur les ondes de Radio CIDS, aucune annonce classique ne sera tolérée par le fondateur de la radio, qui croit que celles-ci font perdre l’attention des auditeurs.

«S’il n’y a aucun annonceur ou investisseur dans mon projet, je vais continuer de m’amuser avec», indique M. Bellemare qui gère seul le projet.

Pour l’instant, les émissions passées peuvent être visionnées sur YouTube en tapant «Radio CIDS» dans un moteur de recherche. Quant aux autres qui sont diffusées en direct, les internautes y auront accès sur http://sierra.mmic.net/

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus