Gracieuseté Le réseau GEMAQ ouvre son premier groupe à L'Île-des-Sœurs et devrait s'étendre au reste du Québec au fil des mois.

Depuis près de vingt ans, André Ouellette, développe des groupes de rencontres pour les personnes d’affaires et conseille des entrepreneurs lors de lancements de business. Il a décidé cette année de démarrer son propre projet, le réseau GEMAQ. Le groupe d’entraide aura pour objectif premier de rassembler des professionnels pour apporter des solutions au monde du travail.

«Si les gens veulent faire des affaires, ils doivent établir un lien de confiance et le meilleur moyen d’y arriver est en s’entraidant, souligne le créateur André Ouellette. Chaque semaine, les participants vont amener un problème à résoudre et vont apporter des réponses grâce à leur expérience et à leurs références.»

Du référencement pour du télémarketing ou pour une rénovation de garage, toutes les situations peuvent être exposées. Le concept s’adresse avant tout aux gens d’affaires, mais pas uniquement.

«Tout le monde peut avoir des problèmes à résoudre ou être intéressé à apporter des solutions. Par exemple, si mon gars se rend au Japon alors je peux demander si dans l’assemblée quelqu’un a des connaissances sur place avec qui je pourrais entrer en contact», précise M. Ouellette.

Repenser
Plusieurs points faibles du réseautage traditionnel sont pointés du doigt par l’entrepreneur. À chaque réunion, les gens se lèvent à tour de rôle pour parler de leur profession et répètent les mêmes choses aux mêmes personnes. Les participants recherchent des clients directs, alors qu’il n’y en a pas toujours dans l’assemblée donc ils finissent par avoir le sentiment d’avoir perdu leur temps, mentionne M. Ouellette.

Le concept du réseau GEMAQ part du principe que les gens se connaissent, car c’est une activité hebdomadaire. Les participants sont présentés lors de la première rencontre, puis les fois suivantes, ils présentent directement leurs besoins.

«Je change la formule et je propose de régler des problèmes donc en partant c’est profitable et par la suite, les gens vont se connaître, se faire confiance et référer des clients», soutient André Ouellette.

Départ
«À L’Île-des-Sœurs, il y a beaucoup de travailleurs autonomes et ce sont ces gens-là que je veux tranquillement amener à réseauter, explique l’entrepreneur. C’est un bon milieu pour démarrer et c’est un milieu où je me sens en confiance.»

Ce résident d’Hochelaga a ainsi choisi d’implanter son premier groupe à L’Île-des-Sœurs où il a déjà participé à des activités de réseautage. Une quinzaine d’Insulaires ont déjà annoncé leur présence lors de la première réunion. Une poignée a aussi montré de l’intérêt pour animer l’une des rencontres, sachant que le rôle est transmis à un participant différent chaque soirée.

Croissance
Les groupes sont limités à 20 personnes. Donc, plusieurs devraient se former au fur et à mesure que la formule se développera. L’adhésion trimestrielle permet aux participants de pouvoir en changer facilement et régulièrement.

«Après avoir passé trois mois à L’Île-des-Sœurs, les gens seront peut-être intéressés de recevoir l’aide d’un autre groupe, situé à Longueuil ou à Laval par exemple. Ils pourront ainsi s’adresser à de nouvelles personnes et bénéficier de ressources supplémentaires», soutient M. Ouellette.

L’entrepreneur souhaite que les gens utilisent d’abord la formule à L’Île-des-Sœurs pour comprendre comment cela fonctionne, maîtriser le concept, puis l’implanter ailleurs. Deux nouveaux sites devraient ouvrir en septembre au Mont-Saint-Hilaire et sur la Rive-Nord. Des entrepreneurs européens ont également demandé à prendre part au concept dès 2018.

Le réseau GEMAQ prendra officiellement forme le 16 août à 18h, au restaurant Le Parthénon (40, place du Commerce).

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!