Pour sauver le traversier de Verdun, inactif depuis deux ans, la propriétaire du bateau, Beatriz Stanevitch, recherche un acheteur qui voudrait reprendre l’entreprise fondée en 2008.

Le Traversier Daniel’s a vogué sur le fleuve séparant l’Île-des-Sœurs et la terre ferme de Verdun pendant six saisons. Faute de temps, la propriétaire de l’entreprise Clobé Maritime, a entreposé pour la dernière fois son bateau à l’été 2013.

« Dans ma position actuelle, je ne peux plus l’opérer. Je n’ai plus le temps et je cherche quelqu’un pour relancer le projet cette année. Je suis prête à passer le flambeau.»

Mme Stanevitch veut relancer ce projet récréotouristique qui selon elle favorise le transport actif. « À ce moment de la saison, les Verdunois auraient normalement un traversier. »

Selon elle, le plus dur du travail est déjà fait; la construction de la rampe, le palissage du fleuve et l’obtention du permis certifié par Transport Canada sont déjà réglés.

De plus, cette partie du cours d’eau a déjà été étudiée et la route tracée et approuvée. Le bateau est entreposé, mais d’après la propriétaire cela ne prend que trois à quatre jours pour le remettre en fonction. Il suffit de reposer la rampe.

« Souvent, les gens ont peur du projet parce qu’ils pensent ne pas être capables de l’opérer, pourtant ce n’est pas compliqué. Cela ne prend qu’une ou deux personnes : un capitaine et quelqu’un pour faire monter les gens et prendre les billets. »

C’est un projet que voit d’un bon œil le maire Jean-François Parenteau. « Le retour du traversier pourrait désengorger le trafic en favorisant le transport actif étant donné que le quai est non loin des métros de Verdun. Ça serait également un bon moyen de transport en vue du projet de la plage. »

Entreprise privé
Bien que l’arrondissement appuie le projet, pas question d’y investir des fonds publics. « On cherche investisseur privé parce que les coûts d’exploitation sont plus élevés quand c’est dans le public. Si un gestionnaire prend la relève, ça ne sera pas long avant que l’équipement soit effectif », explique le maire Jean-François Parenteau.

Sur la terre ferme, l’embarcadère est situé près du restaurant Crescendo (à l’arrière du Studio B) tandis que sur l’Île-des-Sœurs, le bateau accoste près du parc Archambault. Il y a deux ans, le coût était de 4 $ par personne pour un aller simple. Le trajet d’environ 300 m se fait en cinq minutes et le bateau comprend un ponton motorisé pouvant transporter les patineurs, vélos, poussettes et personnes en fauteuil roulant.

Projet récréotouristique
Mme Stanevitch croit qu’un des grands atouts de son traversier est qu’il met en valeur la biodiversité de cette partie du fleuve. « À cet endroit, de nombreuses espèces vivantes font la beauté de l’île. C’est aussi un projet récréotouristique d’une heure avec un trajet qui va de l’île jusqu’au pied des rapides de Lachine. »

Parmi les attraits touristiques, Mme Stanevitch pense au Golf Île des Soeurs, au Spa Strom, au lac des Battures, au Boisé Saint-Paul, à la salle de spectacle de l’École de cirque de Verdun ou encore la Maison Saint-Dizier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!