Il a fallu attendre environ 18 heures pour que l’autoroute 13 Sud soit rouverte à la circulation. Parmi les centaines d’automobilistes restés coincés dans la forte tempête qui s’est abattue sur tout le Québec mardi, une poignée ont pu trouver refuge à la Maison du brasseur, à Lachine, après avoir passé la nuit dans leur voiture, sans eau ni nourriture.

«J’ai hâte à mon premier repas et de rentrer chez moi», a lancé James O’Sarrell en arrivant au centre communautaire réquisitionné par le Service sécurité incendie de Montréal (SIM) avec une dizaine d’autres automobilistes. Sans gants ni vêtements appropriés, au bout de son réservoir à essence, il était transit de froid.

«J’ai essayé d’appeler un taxi, une remorqueuse, mais ça n’a pas marché.  Mes pieds étaient gelés et j’étais complètement mouillé. Rendu à 3h, j’étais assez découragé», explique l’homme de 31 ans.

Il était passé 18h lorsqu’un accrochage impliquant un camion a causé un bouchon tout juste avant la jonction de l’A-20.  Une mise en portefeuille d’un camion semi-remorque a compliqué la situation. Quelque 300 voitures se sont entassés jusqu’au tunnel Dorval.

Le ministère des Transports est montré du doigt pour ne pas avoir agi plus rapidement. Le SIM n’a été contacté qu’en début de nuit. N’ayant pas de nouvelles directives, ils ont pris l’initiative vers 4h30 de dépêcher des unités de la caserne 64.

«La plupart des gens ont préféré demeurer dans leur voiture.  Nous avons fait venir des autobus et une ambulance par mesure préventive», indique le chef aux opérations, Christian Legault. Personne n’a toutefois été blessé.

Le rond-point Dorval ainsi que l’autoroute 520 ont aussi été paralysés. Des citoyens ont même tenté de déneiger la voie rapide pour de faire circuler les véhicules, en vain.

«On prend pour acquis des choses simples. Quand on regarde les sans-abris qui vivent ça durant un hiver complet, cette expérience met les choses en perspectives», philosophe M. O’Sarrell, qui a dû récupérer sa voiture remorquée au garage Burstall Conrad du boulevard Montréal-Toronto, à Lachine, où tous les véhicules abandonnés ont été transportés. Il a toutefois dû débourser 218$ pour ravoir son véhicule.

Leadership déficient
À Québec, interpellé dès son arrivée mercredi matin à l’Assemblée nationale, le premier ministre Philippe Couillard a jugé inacceptable les délais d’intervention. Il s’est dit déçu du manque de coordination et de communication dans l’intervention des secours.

«Le degré exceptionnel de la situation aurait dû commander une réponse exceptionnelle beaucoup plus précoce. Il existe des outils simples de communication pour informer les gens des mesures d’urgences. Il aurait dû y avoir un interrupteur», déplore M. Couillard.

Il promet un examen approfondi de la rapidité d’intervention et une révision du mandat de la Sécurité civile qui aurait pu être appelée à intervenir.

Pour sa part, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a indiqué qu’un post mortem sera effectué à la suite des événements. «On n’est pas en train de dire que tout est parfait. Bien sûr qu’il y a des choses à améliorer et elles le seront avec le bilan complet de la situation», a-t-il avancé.

Autant le Parti québécois que la Coalition avenir Québec ont critiqué le manque de leadership des services gouvernementaux dans la gestion de cet incident.

Aéroport Montréal-Trudeau
La tempête a entraîné l’annulation de plus de 350 vols en deux jours à l’aéroport Montréal-Trudeau, la plupart en provenance ou à destination des États-Unis. Des centaines de voyageurs ont dû dormir dans le terminal.

«Nous prenions l’avion pour la première fois pour se rendre à Cuba, raconte un couple d’amis. Notre vol a été retardé puis annulé. Aucun hôtel n’était disponible jusqu’à Mont-Tremblant.»

La direction de l’aéroport a d’ailleurs dû prendre des mesures exceptionnelles pour assurer la sécurité des voyageurs et des appareils. Il faut remonter à 2008 pour retrouver une telle situation.

Le retour à la normal n’est prévu que dans quelques jours.

Les voyageurs sont invités à consulter la liste des arrivées et des départs avant de se déplacer.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!