TC Media Quelques manifestants devant la porte du cégep mardi matin.

Une nouvelle grève d’une journée des 27 professionnels d’André-Laurendeau, a forcé l’annulation des cours et des activités de mardi. Le cégep de LaSalle faisait partie des 16 établissements touchés par ces moyens de pression.

Un groupe a manifesté tôt devant les portes du collège de la rue Lapierre, forçant la direction à suspendre les classes.

D’autres syndiqués ont convergé vers Québec afin de prendre part à une manifestation nationale au Parlement.

Ces grévistes du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), qui comprend quelque 700 membres, sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015.

«Actuellement, le problème, c’est qu’il n’y a pas de négociations. Il devait y avoir une rencontre avec la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, mais elle a été annulée», explique Rémi Dussault, délégué syndical par intérim des professionnels d’André-Laurendeau.

Meilleures conditions
Un enjeu principal du conflit réside dans ce que les grévistes appellent les rangements, soit la reconnaissance du niveau de complexité des tâches. «Les enseignants les ont obtenus et on demande la même chose. Pourquoi cette réticence à reconnaître les professionnels comme faisant partie de l’enseignement supérieur, ajoute Rémi Dussault. Ce rangement prendrait effet seulement en 2019, ce qui veut dire que pour les prochaines années, on ne parle même pas d’augmentation de salaire.»

Les professionnels occupent des postes tels que conseillers pédagogiques, conseillers en orientation, psychologues ou techniciens informatiques.

Les écarts salariaux avec les enseignants peuvent atteindre jusqu’à 5 000$ par année.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus