Hugo Lorini - TC Media Marijana Mitic a fui la Serbie en 2001. Elle est en compagnie d'Edmundo Pavon du centre Prisme.

Responsable de l’accueil des immigrants et réfugiés au centre Prisme de LaSalle, Marijana Mitic sait de quoi elle parle, puisqu’elle et son mari ont vécu les bombardements de Serbie, du Kosovo et du Monténégro, au printemps 1999.

«Nous étions réfugiés très loin dans un village. Il fallait partir parce que c’était trop dangereux. Mon mari est arrivé en premier au Canada. Je ne pouvais pas voyager parce que j’étais enceinte de mon premier enfant. Il m’a parrainée et je suis venue le rejoindre en 2001, alors que mon fils avait un an et demi», explique celle qui est maintenant la maman de quatre enfants.

Bien humblement, Marijana Mitic avoue que son adaptation n’a pas été facile durant les trois premières années. «Je ne parlais ni français, ni anglais, j’étais coupée du monde, raconte-t-elle. On manque de mots pour s’exprimer, on s’enferme chez soi et on attend le moment d’avoir le courage de sortir et d’apprendre la langue».

Marijana Mitic a découvert le centre Prisme de LaSalle où elle a suivi toutes les étapes avant d’accéder au poste de responsable de l’accueil qu’elle occupe aujourd’hui. «J’ai d’abord été cliente en francisation et j’ai évolué une marche à la fois».

Son expérience personnelle lui permet de partager son parcours avec les nouveaux arrivants. « Je connais toutes les étapes qu’ils doivent traverser. Il y a une confiance qui s’établit et je comprends très bien leur situation».

Elle explique que ceux qui arrivent comme résidents permanents sont bien préparés et connaissent la langue. «Ce sera plus difficile pour les réfugiés syriens parce qu’ils ont vécu des moments difficiles, psychologiques et physiques».

Mais Marijana Mitic ne regrette rien. «Fuir la guerre pour sauver la vie de nos proches, il n’y a pas de mot pour décrire ça. Avec mon expérience et mon travail, j’apporte une contribution à l’intégration des réfugiés».

Le centre Prisme tient une collecte de denrées non périssables et de vêtements d’hiver afin de contribuer à l’accueil des réfugiés syriens.

 

À lire également: Collecte de denrées et de vêtements pour les réfugiés syriens

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!