Charlotte Lopez Patsy Van Roost, «La Fée du Mile End»

La Ville de Montréal a salué la contribution de l’artiste et Fée du Mile End, Patsy Van Roost, en la proclamant «Bâtisseuse de la Cité»  pour ses projets créatifs qui révolutionnent la participation citoyenne et les relations de voisinage à travers la ville.

Au total, la Ville a rendu hommage à 20 Montréalaises, provenant des 19 arrondissements et une grande Montréalaise issue des Peuples autochtones.

Créé en 2011, par le Bureau du 375e, les Bâtisseuses de la Cité visent à reconnaître des femmes de divers milieux et origines qui ont contribué au développement de la métropole. Cette édition du 375e anniversaire marque la grande finale de l’événement.

«C’est magnifique, je ne m’y attendais tellement pas. J’ai reçu cette récompense à côté de femmes monuments, je me sentais minuscule et imposteur, je n’ai rien fait comparé à ce qu’elles ont pu faire», confie Patsy Van Roost, émue.

Anciennement designer de faire-part de mariage et résidente du Mile End depuis maintenant 28 ans, elle est appelée «La Fée du Mile End».

Elle crée depuis plus de cinq ans des projets éphémères dans son quartier dans le but de créer des rencontres, renforcer les liens entre les résidents. Les trottoirs, fenêtres et arbres des rues de Saint-Vallier, Saint-Viateur ou encore Waverly ont pu voir éclore ses projets.

«Je fais des expériences, ce n’est pas du bâti contrairement à ce que font ou ont fait les autres femmes récompensées, lance-t-elle. Mes projets tissent des liens, renforce le sentiment d’appartenance, mais ce n’est pas du concret que l’on peut voir et toucher. Je n’en reviens toujours pas d’être reconnue par la ville, ça fait très chaud au cœur.»

C’est un voyage de cinq mois avec son fils en Amérique du sud qui l’a inspiré. «Là-bas, l’espace public n’est pas du tout la même conception qu’ici, les gens ont moins de choses et partagent tout ce qu’ils ont, tout le monde vit dehors ensemble», se remémore-t-elle.

De retour à Montréal, elle arrête son métier et s’inscrit en Design d’évènements à l’UQAM. «Ç’à a été une renaissance totale, j’ai pris conscience qu’on peut jouer dans notre ville et créer des expériences, c’est là que tout a commencé.»

Noël, la Saint-Valentin, la Fête des mères… en prenant le cycle des fêtes commerciales, elle cherche à faire participer les voisins dans ses projets, afin de voir si elle est capable de «créer de la magie». Aujourd’hui, Patsy Van Roost est très sollicitée, autant par des écoles que par d’autres arrondissements de Montréal.

Jamais à court d’idées, elle a décidé cette année pour le 375e anniversaire de Montréal de quitter le Mile End  pour 375 jours et d’aller vivre dans quatre quartiers qu’elle ne connait pas. Elle est ainsi hébergée par des inconnus en échange d’un projet dans l’espace public.  Elle vit actuellement chez une famille de Rosemont-La Petite-Patrie.

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus