Félix OJ Fournier/TC Media Un homme de 30 ans a reçu un projectile devant le Muzique audio bar.

Le Muzique audio bar se retrouve à nouveau à l’avant-plan, alors qu’une fusillade a éclaté devant l’établissement, lundi matin.

Un homme de 30 ans, connu des milieux policiers, a été atteint par au moins un projectile, vers 3h25, lundi matin, devant la boîte de nuit.

Le Muzique audio bar est présentement devant la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), alors que des citoyens ont réclamé que le permis d’alcool de l’établissement lui soit retiré de façon définitive.

Initialement, le bar demandait une augmentation de la capacité de sa terrasse sur le toit.

Le dossier est devant le tribunal de la RACJ depuis 2014. Le régisseur ayant changé de poste alors que le dossier était à l’étude, les propriétaires du bar avaient le choix de recommencer la cause à zéro ou de continuer avec un nouveau régisseur. Ils ont choisi la première option, ce qui a pour conséquence qu’une partie des témoignages ont dû être réentendus le 31 mars 2016. D’autres auditions viendront les 22 et 23 août. Une fois l’ensemble des témoins entendus, les régisseurs auront trois mois pour rendre leur décision.

«Je ne peux commenter des procédures en cours, mais il est vrai que le dossier traîne depuis fort longtemps», indique le conseiller de Ville du district Jeanne-Mance, Alexander Norris.

Ce dernier avait lancé un cri du cœur, dans une lettre ouverte, en juillet 2014, pour que le permis de l’établissement soit révoqué de façon permanente. Il a d’ailleurs témoigné devant la RACJ au nom des citoyens.

Plusieurs citoyens avaient évoqué être au bout du rouleau, en raison de nombreux problèmes de voisinage liés à l’établissement, mais craindre les représailles du crime organisé s’ils s’exprimaient publiquement.

Citoyens inquiets
Des citoyens sont exaspérés par la lenteur des procédures.

«Ça fait cinq jours de travail que je perds pour aller là et ce n’est même pas fini, parce qu’on doit recommencer à zéro. Pendant ce temps, le trouble continue. Lundi matin, c’était des coups de feu. Et en plus, on perd des témoins, parce que ça coûte cher perdre autant de jour de travail», mentionne Luc Chamberland, un résident du secteur.

Selon lui, les problèmes perdurent.

«J’ai une voisine qui a été témoin d’un règlement de comptes dans la ruelle. Elle a déménagé. Il y a eu deux fusillades tout près, coin Des Pins et Saint-Laurent. Les gens ont peur», souligne le citoyen.

Plusieurs actes violents recensés
Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait déposé un dossier étoffé en 2013 concernant notamment le non-respect de la capacité d’accueil, parfois plus de deux fois la limite permise.

La présence de mineurs, de membres de gangs de rues et de nombreux actes de violence, présentés lors de la décision le 29 avril 2014, avaient aussi motivé la suspension du permis du Muzique audio bar pour 30 jours.

Les policiers auraient constaté près d’une cinquantaine d’actes violents, dont des portiers expulsant des clients dehors, en les poussant dans les escaliers.
Deux incendies criminels ont éclaté également en 2011 et 2012.

La Cour supérieure du Québec a donné raison à un plaignant, Nikhil Dhall, le 6 janvier 2016, pour négligence, dans le cas d’un client ayant été agressé par un autre client à trois reprises dans le bar. Les propriétaires ont été condamnés à verser 15 000$ au plaignant.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!