C’est en voulant repenser nos façons de consommer que Frédéric Monette, David Côté et Julie Poitras-Saulnier ont mis sur le marché le jus LOOP : une boisson entièrement composée de fruits et légumes «moches», rejetés par l’industrie alimentaire.

À l’usine Courchesne Larose, située sur le Boulevard des Sciences à Anjou, des millions de fruits et légumes sont importés chaque jour, puis distribués dans des supermarchés et fruiteries au Canada et aux États-Unis. Mais inévitablement, une certaine quantité, dont l’aspect ou la fraîcheur ne convient pas aux standards de l’industrie, est plutôt envoyée au dépotoir aux frais de l’entreprise.

«Ça faisait des années qu’on cherchait un moyen de ne pas gaspiller les fruits et légumes perdus. On a pensé à plusieurs choses, mais les études de marché n’étaient pas concluantes», fait savoir le Vice-Président administration et opérations de Courchesne Larose, Frédéric Monette.

La solution : du jus pressé à froid qu’ils ont nommé LOOP, dont les saveurs ont été élaborées directement à partir des surplus de l’entreprise Courchesne Larose.

«C’est la mission qui a créé le projet, on n’est pas parti d’un modèle d’affaires, on est parti d’un problème», souligne David Côté, qui s’est fait connaître en fondant les restaurants Crudessence et les thés fermentés Rise Kombucha. Le projet a par ailleurs reçu une subvention de près de 400 000$ de Recyc-Québec.

D’amour et de jus frais
C’est lors d’une rencontre aux bureaux de Courchesne Larose, où Frédéric Monette et David Côté ont «pratiquement refait le monde en deux heures» que LOOP est né, il y a trois ans.

David Côté a par la suite croisé le chemin de Julie Poitras-Saulnier, aujourd’hui sa conjointe. Un match parfait, puisque la diplômée en développement durable et marketing cherchait justement à lancer un produit responsable.

C’est elle qui a bouclé la boucle du produit élaboré selon le modèle de l’économie circulaire, en apportant l’idée de recycler aussi les pulpes des fruits et légumes en biscuits pour chiens.

 

360 158 kg
C’est la quantité de fruits et légumes envoyés au presseur à jus plutôt qu’au dépotoir.

Vers un recyclage à 100%
Depuis un an, les trois acolytes ont réussi à sauver la quantité astronomique de 360 158 kg de fruits et légumes, en les envoyant au presseur à jus plutôt qu’au dépotoir.

Pour chaque 355mL de boisson fraîche vendue autour de 5$, c’est 1,5kg de marchandise qui évite la poubelle, et qui profite du grand réseau de Courchesne Larose, l’un des plus grands importateurs de fruits et légumes au Canada. L’entreprise centenaire, autrefois située au coin des rues Sainte-Catherine et Bercy, emploie 400 personnes, dont plus de 150 à son siège social.

L’entreprise procède actuellement à un agrandissement de 60 000 pieds carrés de l’usine du Boulevard des Sciences, qui permettra d’installer des presses à jus et une section d’emballage de fruits et légumes. Ces nouveaux espaces donneront à LOOP une capacité de production maximale de 30 000 bouteilles par jour alors qu’elle vend en ce moment 10 000 bouteilles par semaine.

Frédéric Monette fait savoir que l’entreprise Courchesne Larose espère réussir à sauver tous les fruits et légumes destinés au dépotoir. Le projet correspond à la vision «avant-gardiste» de l’entreprise, qui aime être à la fine pointe de la technologie, notamment avec des installations qui consomment moins d’énergie dans son usine où elle est installée depuis 2011.

«En ce moment, c’est environ 10% des pertes de fruits et légumes qui sont recyclées. On essaie de mettre sur pied d’autres projets pour en arriver à 100%. L’objectif est de recycler le plus de fruits et légumes possibles et pas de faire des gros profits», dit-il.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!