Un franchisé Tim Hortons de Montréal-Nord a mis un terme à l’accueil de stagiaires de l’école Calixa-Lavallée parce qu’il a eu un conflit avec un parent de l’un des élèves. L’école, qui comptait sur ce franchisé depuis 12 ans, doit maintenant trouver un nouvel endroit pour placer neuf jeunes.

L’entrepreneur qui possède plusieurs Tim Hortons dans le nord-est de Montréal accueille plusieurs adolescents pour des stages non rémunérés dans le cadre du programme Formation préparatoire au travail.

Daniel Messier, le parent d’un de ces stagiaires, s’est récemment offusqué du fait que son fils ne puisse toucher un sou des pourboires remis par les clients, allant même jusqu’à se rendre au restaurant où son fils effectuait son stage.

«Un client lui a remis un pourboire de 5 $ en disant à mon fils ₺Ça, c’est pour toi.₺ Mais il n’y a pas eu droit», déplore le père du stagiaire.

Le père a alors multiplié les appels auprès du propriétaire, de l’enseignante et de la direction de l’école pour faire part de son mécontentement.

Le 9 décembre, il a reçu un appel de l’enseignante de son fils l’informant que le franchisé Tim Hortons avait décidé de mettre fin aux stages des neuf élèves.

«Un incident déplorable», dit la CSPÎ
La directrice des communications de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’île (CSPÎ), Christiane St-Onge, se désole du dénouement de cette histoire.

«C’est un incident déplorable. Personne ne sort gagnant de cette situation.»

On lui a également rapporté le cas du 5 $, mais elle indique que tout ce qui concerne le partage du pourboire est à la discrétion du franchisé.

«Le parent a été très insistant auprès du propriétaire et a décidé de mettre fin abruptement au stage. C’est très dommageable pour l’école. Le parent aurait dû communiquer avec nous plutôt qu’avec le propriétaire du restaurant», fait valoir Mme St-Onge.

Elle dit que des représentants de l’école et le CSPÎ tenteront de discuter avec le franchisé pour savoir s’il sera possible de poursuivre le partenariat dans le futur.

Le franchisé n’a pas voulu nous donner d’entrevue, mais a dit qu’il s’accordait un temps de réflexion à ce sujet.

Le siège social de Tim Hortons n’a pas retourné les appels de TC Media.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!