François Lemieux/TC Media Quelque dizaines de personnes ont manifesté devant la mairie de Pierrefonds-Roxboro, lundi, en opposition au projet Cap Nature qui, pour l'instant, est mis sur la glace.

Le maire de Pierrefonds-Roxboro, Dimitrios (Jim) Beis, fera comme il l’avait promis en janvier: il suivra les recommandations du rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur l’avenir de Pierrefonds-Ouest où des promoteurs ont l’intention de développer le méga projet Cap Nature.

Quelque dizaines de citoyens ainsi que des militants de groupes environnementaux, tels la Coalition verte et le Sierra Club Québec, en plus de candidats aux prochaines élections municipales se sont rassemblés devant la mairie du boulevard de Pierrefonds, lundi soir (2 octobre), avant que débute la séance ordinaire du conseil pour scander «Sauvons l’Anse-à-l’Orme».

Plusieurs brandissaient des pancartes sur lesquelles figuraient un montage photo du maire de Montréal, Denis Coderre scie mécanique à la main, s’approchant du panneau Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme.

Les manifestants ont ainsi voulu mettre un peu plus de pression sur le maire Beis qui a pris son temps pour étudier et réagir au rapport rendu public vendredi.

«J’accueille favorablement les conclusions de l’OCPM, a déclaré Jim Beis en ouverture de séance publique. Aucune des parties n’a gagné.»

La centaine de pages suggère notamment de plancher à nouveau sur l’avenir du territoire de 185 hectares visé par le projet immobilier et d’inclure tant les citoyens que les environnementalistes dans le processus de planification.

«Quel modèle va répondre aux recommandations ? Quand on parle de résidents, de quels résidents parle-t-on? Il faut définir ça. Une chose est sûre, une partie de la population est contre le développement à 100 %. Lorsqu’on aura toute l’information nécessaire, on prendra une décision», indique le maire.

Trois options seront débattues: la conservation intégrale de Pierrefonds-Ouest, un modèle de développement modifié ou le projet Cap Nature tel que présenté. M. Beis avoue n’avoir pas d’échéancier pour en arriver à un choix.

«Les promoteurs sont peut-être pressés, mais pas moi. Nous devons être respectueux de tout ce qui a ressorti du processus consultatif, notamment le nombre record de mémoires déposés», fait-il valoir.

Impatience
Les promoteurs commencent à montrer des signes d’impatience après 13 ans de procédures. «Il est désormais temps d’agir et d’avancer pour ce projet qualifié d’exemplaire par le maire de Montréal, Denis Coderre, en 2015 lors de son dévoilement», tranche le porte-parole du projet Cap Nature, Adam Daifallah.

Il a rappelé que la récente consultation publique de l’OCPM représentait le sixième exercice du genre sur le secteur de Pierrefonds-Ouest. De plus, en 2004, le secteur avait été désigné «à construire».

La décision finale sera prise d’abord par la prochaine administration municipale, selon l’approbation à l’arrondissement du prochain Programme particulier d’urbanisme (PPU). Celui-ci devra ensuite être autorisé par la ville-centre.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!