TC Media - Isabelle Bergeron À toutes les huit minutes, un nouveau patient traversait la passerelle reliant l'ancien bâtiment à la nouvelle unité de néonatalogie.

Le nouveau bâtiment des unités spécialisées du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine a accueilli ses premiers enfants, jeudi matin. Les 154 patients hospitalisés dans l’ancien pavillon ont été transférés en moins de six heures.

 

Emma, âgée d’une semaine, est la première patiente à avoir franchi les portes de l’immeuble inauguré le mois dernier. Elle est arrivée vers 8 h à l’unité néonatalogie qui se situe au cinquième étage.

Par la suite, un jeune patient traversait la passerelle reliant l’ancien pavillon à ce nouveau département toutes les huit minutes, pour être installé dans l’un des 65 lits.

Chaque «bassinette», un genre de lit sur roulettes avec des barreaux aux quatre côtés, était déplacée doucement par une équipe composée d’une infirmière et d’une inhalothérapeute.

«Si le bébé commence à se sentir mal en route, c’est eux qui peuvent intervenir. Il y a d’autres intervenants qui poussent le matériel. On essaie de se rendre sans que le bébé s’aperçoive d’avoir été déplacé», explique le chef d’unité en néonatalogie, Martin Reichherzer.

Simultanément, les unités pédiatriques, de chirurgies, des naissances et des grossesses à risques accueillaient leurs patients. L’opération déménagement s’est terminée vers 13 h.

Comme à l’hôtel

Le CHU Sainte-Justine fait partie du quotidien de Salomé Després, mère de Camilia âgée de huit mois. Sa petite fille est hospitalisée depuis sa naissance en raison d’une malformation des intestins. Elle est constamment alimentée par voie intraveineuse.

Souvent appelée à dormir aux côtés de sa fille, Mme Després apprécie le nouvel environnement hospitalier et d’avoir une chambre individuelle qui comporte une douche et une grande fenêtre.

«Quand tu vis huit mois en communauté avec des gens qui arrivent une semaine et repartent, un moment donné tu n’as plus de vie privée. On arrive dans des chambres bien différentes de ce qu’on avait dans la vieille bâtisse. C’est beau. On dirait qu’on est à l’hôtel et non à l’hôpital», commente-t-elle.

Le chef d’unité en néonatalogie, Martin Reichherzer, souligne que les chambres individuelles permettront aussi aux bébés prématurés d’être moins dérangés puisqu’ils ne doivent pas être stimulés notamment par le bruit.

Simulation

La fébrilité se ressentait aussi chez le personnel hospitalier lors de cette grande traversée, baptisée ainsi par les employés du CHU.

Depuis les derniers mois, les équipes se préparent au déménagement avec des simulations dans les nouvelles unités.

«Chaque infirmière a passé huit heures ici à s’approprier les lieux, à se retrouver et se donner des repères. On simulait des codes, des transferts et différentes situations. C’est pour ça qu’elles sont prêtes», indique M. Reichherzer

Le nouveau bâtiment compte plus de 400 lits. Avec l’agrandissement, la superficie du CHU Sainte-Justine a augmenté de 65%. L’établissement est le plus grand centre mère-enfant du Canada et le deuxième en Amérique du Nord, derrière le Texas Children’s Hospital.

L’entrée principale restera au 3175 Côte-Sainte-Catherine pour notamment faciliter les allées et venues ainsi que pour des raisons de sécurité et de prévention des infections.

Les anciens locaux, laissés vides, seront modernisés d’ici 2018 afin de créer un centre ambulatoire qui offrira des soins spécialisés et surspécialisés sur place et par télémédecine. Le département de cancérologie y reste aussi.

Au total, 940 M$ auront été investis pour le nouveau pavillon, le centre de recherche de neuf étages et le réaménagement des bâtiments existants.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!