TC MEDIA - FELIX O.J. FOURNIER Les maires Robert Coutu (Montréal-Est), Philippe Roy (Ville de Mont-Royal) et Georges Bourelle (Beaconsfield) agissent comme portes-paroles du front commun des 15 maires pour l'implantation du virage à droite au feu rouge.

Les 15 maires des villes liées de la métropole réclament à Québec l’implantation du virage à droite au feu rouge sur l’île de Montréal pour atténuer la congestion routière. Une initiative qui n’est pas pour le moment envisagée par le maire Denis Coderre.

«Nous estimons que le virage à droite au feu rouge aura de nombreux bénéfices dans nos vies, soit de contribuer à la fluidité dans nos rues, de réduire la pollution et de permettre de gagner du temps et de l’argent», a fait valoir en conférence de presse mardi le maire de Montréal-Est, Robert Coutu. Il était accompagné pour l’occasion de Philippe Roy de Ville de Mont-Royal et de Georges Bourelle, maire de Beaconsfield.

Les trois hommes ont révélé avoir envoyé une lettre au ministre des Transports, Laurent Lessard, pour l’interpeller sur l’instauration du virage à droite au feu rouge.

«Cette demande correspond au vœu de la majorité de la population de l’île de Montréal», mentionne le maire de Ville de Mont-Royal, Philippe Roy.

«Exception»

Les maires estiment que l’autorisation pourrait s’appliquer à 1550 des 2587 intersections de l’île de Montréal dotées de feux de circulation. Dans l’ensemble du Québec, l’interdiction de tourner à droite existe pour environ 40% des intersections. Au centre-ville de Montréal, les interdictions pourraient s’avérer plus nombreuses, suggèrent les maires.

«Il faut prendre en considération ce qui s’est fait depuis 13 ans, s’inspirer des meilleures pratiques. Pourquoi en sommes-nous l’exception? Pourquoi on n’irait pas de l’avant sur l’île de Montréal?», soutient M. Coutu.

Le maire Roy estime qu’il est aberrant en fin de soirée que les automobilistes attendent de tourner à droite alors que la circulation est presque absente.

«La très, très grande majorité des intersections qui sont à l’extérieur des quartiers centraux de Montréal deviennent des aberrations dès l’instant qu’il n’y a plus de trafic», dit-il.

Les maires ont appuyé leur argumentaire sur un sondage commandé à la firme CROP en novembre. Ce dernier révèle que 73% des résidents de l’île de Montréal seraient favorables à l’implantation du virage à droite, tel que permis partout au Québec depuis 2003. Le sondage a été réalisé auprès de 1000 répondants.

Accidents

Les élus font valoir que les virages à droite au feu rouge sont responsables de 1% des décès au Québec.

«Les automobilistes montréalais sont autant responsables que ceux de Laval et de Longueuil», avance le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle.

Le cabinet du ministre Laurent Lessard indique prendre acte de la demande des maires, mais que ce projet n’était pas dans les cartons du ministère à court ou moyen terme. Les élus municipaux sont invités à participer à la consultation publique qu’organisera la Société de l’assurance automobile du Québec en février prochain à Montréal pour améliorer le bilan de la sécurité routière.

«Je crois qu’on a là le meilleur forum pour faire avancer ce type d’idée», suggère l’attaché de presse du ministre Lessard, Mathieu Gaudreault.

Dans la dernière campagne électorale, le maire de Montréal, Denis Coderre, avait pris position en faveur du virage à droite au feu rouge. M. Coderre a été informé de la démarche des 15 maires lundi et leur a souhaité «bonne chance», mentionne Philippe Roy.

Sur Twitter, M. Coderre a écrit ne pas voir «la pertinence de le permettre présentement».

En Amérique du nord, Montréal est l’une des deux seules villes avec New York à interdire le virage à droite au feu rouge.

Les maires des villes de Beaconsfield, Côte-Saint-Luc, Dollard-des-Ormeaux, Dorval, Hampstead, Kirkland, L’île-Dorval, Montréal-Est, Montréal-Ouest, Ville de Mont-Royal, Pointe-Claire, Sainte-Anne-de-Bellevue, Senneville, Baie-D’Urfé et Westmount font partie du front commun ayant présenté la requête à Québec.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!