La recherche en technologies médicales sera propulsée au cours des prochaines années à Montréal grâce à la création de l’institut TransMedTech qui réunit sous un même toit chercheurs, patients, médecins, fournisseurs d’équipements, ingénieurs et étudiants. Une nouvelle plateforme décrite comme unique au Canada.

Inauguré officiellement lundi, le laboratoire développera à partir du centre de recherche du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine des solutions touchant les cancers, les maladies cardiovasculaires et les maladies musculosquelettiques.

«Les technologies médicales sont omniprésentes dans notre environnement. Elles servent aux diagnostics, aux traitements et à la prévention d’une maladie», explique le professeur en génie mécanique à Polytechnique et aussi chercheur au CHU Sainte-Justine, Carl-Éric Aubin, qui pilote le nouvel institut.

TransMedTech travaillera en collaboration avec plusieurs partenaires tels que l’Université de Montréal, l’Hôpital général juif.

Le professeur et chercheur, Carl-Éric Aubin, pilote le nouvel institut TransMedTech qui occupera les locaux du CHU Sainte-Justine.

«Living lab»
Le nouvel institut fonctionnera selon la notion du «living lab», c’est-à-dire que les patients seront impliqués dès le début dans les travaux de recherche.

«Ce n’est pas de l’innovation pour de l’innovation. C’est de l’innovation pour améliorer la santé de la population», fait valoir le PDG du CHUM-CHU Saint-Justine,  le Dr Fabrice Brunet.

Les recherches porteront sur sept axes, notamment l’imagerie médicale, la réadaptation et les technologies nanorobotiques, outils microscopiques naviguant dans le système sanguin pour traiter des cellules cancéreuses spécifiques.

«Ce sont des secteurs où on est des leaders mondiaux reconnus et où on a un nombre important de chercheurs, de réalisations, de brevets et de partenariats déjà établis. On part avec des assises très solides», soutient le professeur Aubin.

TransMedTech compte actuellement une soixantaine de chercheurs. Ce nombre est appelé à augmenter au cours des prochains mois.

95 M$
Le financement que recevra sur sept ans TransMedTech. De ce montant, 35 M$ proviennent du gouvernement fédéral et 6,8 M$ de Québec. La somme restante émanera de partenaires tels que des fondations et des entreprises.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!