TC Media – Patrick Sicotte Le professeur de l'UdeM, Christian Gates St-Pierre.

Les parcs Outremont et Pratt seront le lieu de fouilles archéologiques le mois prochain dans l’espoir de trouver le village iroquoien d’Hochelaga, visité par Jacques Cartier en 1535.

Le professeur au département d’anthropologie de l’Université de Montréal, Christian Gates St-Pierre, et environ six autres personnes creuseront dans ces espaces pendant environ deux semaines en juillet.

Ces fouilles s’inscrivent dans l’un des volets d’un projet de recherche qui vise à mieux documenter la présence amérindienne à Montréal. Lui et son équipe viennent de recevoir une aide financière de 80 000 $ de la Ville pour lancer la première phase de leur projet nommé Hochelaga.

Leur mission première est de tester les deux grandes hypothèses sur l’emplacement de la bourgade iroquoienne.

«On aimerait pouvoir déceler les vestiges du village d’Hochelaga, indique M. Gates St-Pierre. Ça pourrait être aussi dans la négative, c’est-à-dire qu’on pourrait investiguer des sites et découvrir qu’il n’y a absolument rien.»

Emplacement
Selon ses récits, Jacques Cartier a aperçu les installations des Iroquois au pied du mont Royal, mais l’emplacement exact demeure inconnu.

«On n’est pas certain s’il a abordé l’île du côté du Vieux-Montréal ou du côté nord, quelque part autour d’Ahuntsic», explique le professeur. Le navigateur français a été le seul à avoir vu le village d’Hochelaga puisqu’à l’arrivée de Champlain, le site était disparu.

Les villages iroquoiens étaient semi-permanents. Ils déménageaient tous les 25 ou 30 ans.

Les archéologues veulent fouiller les deux parcs d’Outremont parce qu’ils représentent des espaces gazonnés faciles d’accès où des trous peuvent être creusés sans tomber sur de l’asphalte.

La trouvaille d’une sépulture il y a de nombreuses années et la présence d’un ancien ruisseau attirent aussi les archéologues à explorer ces endroits.

«Ces anciens cours d’eau étaient importants pour les Amérindiens de la préhistoire, à la fois pour obtenir de l’eau fraîche et aussi pour naviguer sur le territoire de l’île de Montréal», précise M. Gates St-Pierre.

Les parcs Beaubien et Joyce pourraient aussi faire l’objet de recherches. Cela dépendra des découvertes du côté de Pratt et d’Outremont.

D’autres recherches
Avant les fouilles dans l’arrondissement, l’équipe de chercheurs se rendra pendant deux semaines près du campus de l’Université McGill, situé du côté du versant sud du mont Royal. Ce secteur est considéré ayant un fort potentiel archéologique. De récentes fouilles ont retracé d’autres vestiges de l’ancien site amérindien Dawson.

Pour confirmer la présence du village d’Hochelaga, les archéologues ont besoin de trouver des traces d’habitation et des artéfacts sur une grande étendue, mentionne M. Gates St-Pierre.

À la suite de ces recherches, deux autres phases sont prévues au projet d’ici 2020, si le financement public est au rendez-vous. Elles concernent la rédaction d’un rapport final ainsi que la tenue d’inventaires archéologiques des lieux ciblés autour du mont Royal et sur le campus de McGill.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!