(Karina Sanchez/TC Media) Le Quartier des spectacles manifeste de l'inquiétude face à la salle de spectacle prévue dans le mégaprojet du Quinze40.

Bien qu’il ne suscite pas la crainte de la totalité des promoteurs, la salle de spectacles prévue à l’intérieur du futur mégacentre Quinze40 génère des doutes chez l’administration du Quartier des spectacles qui avance que le marché est déjà saturé.

Appelé à réagir à la présence potentielle de ce nouveau joueur sur la scène des spectacles, le président du conseil d’administration du Quartier des spectacles, Jacques Primeau, rétorque qu’«il n’y a pas vraiment d’espace pour d’autres salles de spectacles à Montréal. Les salles de spectacles sont fragiles. Depuis environ cinq ans, la situation est stagnante pour le Quartier des spectacles». Ainsi, il est plutôt d’avis qu’il serait préférable de consolider les ressources locales.

À Montréal, plus d’une dizaine de salles se partagent les retombées de l’industrie du spectacle, dont le Centre Bell, l’Astral, le Théâtre St-Denis ou le Métropolis, pour n’en nommer que quelques-unes.

Malgré tout, le Quartier des spectacles est parvenu à générer près d’un milliard de dollars, depuis 2007, en investissement immobilier, notamment par l’intermédiaire «de 48 projets immobiliers ayant été construits ou rénovés dans ce secteur», a signalé la relationniste Marie-Joëlle Corneau. Il n’en demeure pas moins que «des efforts de revitalisation doivent s’étendre à la partie est du Quartier pour qu’elle fleurisse à son tour», ajoute Jacques Primeau.

Multiplication des salles de spectacles
Selon un rapport publié par l’Observatoire de la culture et des communications de l’Institut du Québec sur l’état de l’industrie du spectacle (2013), le marché est en baisse à Montréal. Pour une quatrième année consécutive, le taux de fréquentation des salles de spectacles a chuté en passant de 53% en 2009 à 46% en 2013.

Les salles de spectacle ont augmenté de manière importante, déclarait la directrice générale du Théâtre Desjardins, Martine Mimeault, en décembre à TC Media. «Il y a 20 ans, il y avait environ 120 salles de spectacles au Québec. Aujourd’hui, il y en a plus de 620», signale-t-elle. Depuis 2008, plus de 60% des salles sont déficitaires, selon ses observations.

Moins d’inquiétudes pour les petits théâtres
Propriétaire du Théâtre Rialto, Ezio Carosielli, signale que près de 22 évènements différents sont organisés mensuellement sur les lieux. À raison de 200 à 500 visiteurs par évènement, c’est entre 52 000 et 132 000 clients que ce théâtre divertit chaque année.

M. Cariosielli est conscient qu’il peut être difficile d’aller chercher des clients face à une concurrence qui va en grandissant, mais il demeure confiant qu’il pourra trouver des stratégies pour contourner la compétition.
«Nous sommes un théâtre patrimonial et il n’y en a pas beaucoup de théâtres semblables. Le Rialto, qui date de 1924, offre un espace particulier, beau et élégant», lance-t-il. L’attrait distinctif du Rialto pourrait contribuer à contrer la concurrence ambiante, à son avis.

Directeur général et artistique du Théâtre d’Outremont, Raymond Cloutier, va dans le même sens. À son avis, le Quinze40 ne devrait pas affecter son taux de clientèle alors qu’il attirera surtout des résidents des Laurentides.

Du côté de Laval, qui procède à l’implantation de la Place Bell, d’ici 2017, même son de cloche. Nadine Lussier, chef des communications à la ville, se dit confiante que la population «suivra l’offre sur son propre territoire sans avoir à aller à Montréal», commente-t-elle. D’autant plus ce projet «répond à un besoin criant pour les Lavallois» alors qu’il sera le seul d’une telle envergure au niveau local.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!