Archives Métro Marie Cinq-Mars

La mairesse d’Outremont, Marie Cinq-Mars, a exercé son droit de véto pour renverser la résolution votée à l’unanimité le 4 mai dernier permettant la vente du terrain de stationnement Manseau à la Coopérative le Suroît sous trois conditions.

Le 4 mai, les conseillères Marie Potvin, Céline Forget et Mindy Pollak ont finalement voté en faveur de la résolution amendée par la conseillère Jacqueline Gremaud sur le projet de Coopérative le Suroît.

L’amendement, proposé par Mme Gremaud et voté à l’unanimité, impliquait que trois conditions soient respectées: que le boisé Manseau soit conservé, qu’une largeur de 8.5 mètres soit maintenue entre le bâtiment de la coopérative et le bâtiment voisin et finalement, que les unités de petites tailles soient priorisées par le projet de coopérative.

Le 4 mai, la mairesse s’était abstenue de voter sur cette résolution amendée, utilisant plutôt son droit de véto dans les cinq jours suivants l’approbation ou l’adoption de cette résolution.

«L’amendement à la proposition principale a été proposé par Mme Gremaud au moment même du vote, je n’avais donc pas eu le temps d’en vérifier les impacts sur le projet de coopérative. C’est de mon devoir de vérifier si le projet est toujours viable sous ces conditions», explique la mairesse Cinq-mars.

Selon l’article 53 de la Loi sur les cités et villes, la mairesse avait 96h pour aviser le greffier qu’elle n’approuvait pas cette résolution. Ainsi, la résolution sera soumise à nouveau au conseil à la séance du mois de juin.

Incompréhension
«La mairesse nous a bien indiqué qu’en octobre 2013, elle aurait pu autoriser ce projet sans avoir besoin de notre approbation, mais qu’elle préférait que nous puissions prendre position sur ce projet, explique la conseillère Marie Potvin. On vote à l’unanimité et là, elle utilise son droit de veto, je suis abasourdie, ça n’a aucune logique», indique la conseillère Marie Potvin.

«C’est une perte de temps, nous avons tellement de dossier à traiter et là, nous revenons encore en arrière, croit la conseillère indépendante Céline Forget. Habituellement, la mairesse mettait son véto sur les résolutions que les conseillères amenaient au conseil, maintenant, elle met son véto sur une résolution qu’elle a elle-même placé à l’ordre du jour».

La coopérative de solidarité le Suroît de Montréal a été constituée officiellement le 11 juillet 2012. Le projet communautaire qui s’adresse aux familles de la classe moyenne prendrait place à l’angle des rues Manseau et Outremont. À la suite du conseil du 4 mai, le président de la coopérative, Christian Corbeil, avait indiqué que les conditions imposées par les élues mettaient en péril la viabilité du projet de coopérative.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus