Le premier ministre Stephen Harper a lancé sa campagne électorale sous les thèmes de l’économie et de la sécurité, dimanche soir, devant des centaines de partisans réunis au centre juif Ben Weider, situé dans la circonscription fédérale de Mont-Royal.

Environ 500 partisans conservateurs se sont rassemblés pour entendre les discours du candidat conservateur dans Mont-Royal, Robert Libman, du ministre de l’Infrastructure, Denis Lebel, et finalement, du premier ministre Stephen Harper.

Harper qui a largement abordé la question économique n’a pas manqué d’écorcher Justin Trudeau et Thomas Mulcair au passage.

La foule qui a accueilli chacun des hommes politiques avec de généreux applaudissements a répondu aux différents commentaires du premier ministre en huant les chefs des partis de l’opposition.

«Justin Trudeau, et je le cite, croit que le budget va se rééquilibrer tout seul, a-t-il lancé durant son discours. Dans toutes mes années d’études en économie et en politique je n’ai jamais entendu quelque chose d’aussi insensé.»

Le premier ministre a utilisé le même ton moqueur pour parler de Thomas Mulcair qui défend selon lui une idéologie socialiste en désirant entre autre taxer les entreprises.

Durant 30 minutes, le premier ministre a notamment énuméré les différents accomplissements du parti depuis son arrivée au pouvoir: «nous avons fait des investissements record dans les infrastructures, nous avons rééquilibré le budget, réduit les impôts et les taxes et créé 1.3 millions d’emplois.»

Il a indiqué vouloir enfin faire sa percée montréalaise en prenant la circonscription de Mont-Royal, château fort libéral, où Pierre Elliott Trudeau a régné de 1965 à 1984. «Montréal est une ville exceptionnelle où il ne manque qu’une seule chose: les Conservateurs», a-t-il lancé. La foule a vite suivi en scandant «Harper au Québec!».

«Ne pensez pas que c’est le temps d’essayer un autre parti politique, a-t-il souligné, vantant la situation économique du pays. Tellement de pays doivent couper dans leurs services, augmenter les taxes et compter sur leur voisin, alors que le Canada lui va dans la bonne direction.»

Selon Harper, porter les Conservateurs au pouvoir pour un quatrième mandat, c’est s’assurer de la stabilité économique du pays.

Outre l’économie, la sécurité a aussi été largement abordée par le premier ministre.

«Nous ne sommes pas à l’abri de la menace terroriste, a-t-il souligné. Et merci mon dieu, nous avons de jeunes hommes et femmes en uniforme qui combattent l’État islamique en Syrie et en Irak pour que nous soyons en sécurité au Canada».

Des manifestants pour accueillir Harper à Mont-Royal

Une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés devant le centre de Côte-des-Neiges en fin de journée dimanche. Stephen Harper a annoncé à la dernière minute qu’il y lancerait sa campagne. Un manifestant qui aurait menacé le premier ministre a d’ailleurs été arrêté vers 17h.

«Ce déclenchement hâtif des élections, c’est de l’abus, c’est une usurpation du pouvoir», s’est indignée la manifestante Christine Dandenault.

Les manifestants présents étaient unanimes: «Il est important de montrer à Harper que la population s’oppose à ses politiques et ce, dès le jour un de la campagne», a déclaré Serge Lachapelle.

Vers 18h, un peu après l’arrivée de M. Harper, les manifestants ont encerclé son autobus de campagne dans le calme.

Vers 18h20, une FEMEN a réussi à entrer dans le centre Ben Weider juste avant le premier discours de la soirée, celui de Robert Libman, candidat conservateur dans la circonscription de Mont-Royal.

Celle qui scandait «Harper dictator» s’est fait escorter par des policiers avant d’atteindre la salle principale.

La surveillance policière a été accrue tout au long de l’événement. Les policiers, déployés par dizaines, sont demeurés en place jusqu’à ce que l’endroit soit désert.

L’équipement des journalistes admis dans la salle de discours a été inspecté par l’escouade canine du SPVM.

Stephen Harper s’est rendu dimanche matin à Rideau Hall pour demander au gouverneur général David Johnston de dissoudre le Parlement. Les Canadiens devront se rendre aux urnes le 19 octobre prochain, après avoir assisté à une campagne électorale de 78 jours. La plus longue campagne depuis 1872.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!